Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : en territoire record mais hausse taux après stats US.
Cercle Finance29/04/2021 à 15:20

(CercleFinance.com) - L'indice parisien progresse de +0,4% vers 6.330 mais ralentit la cadence après une entame se séance prometteuse et de nouveaux records en cascade avec un CAC 'PX1' à 6.350 et un CAC40 'GR' à 17.750Pts (record absolu).

Une fois de plus, Paris semble vouloir s'affranchir des 6.300 mais l'amorce d'un rallye vers 6.500 n'est pas garantie puisque l'Euro-Stoxx50 ne suit pas la cadence et progresse de 0,1%, ce qui ne lui permet pas de franchir les 4.020.

Cette séance s'annonçait comme la plus chargée de la saison des résultats (Caterpillar et Comcast pulvérisent les consensus) mais également statistiques de 1er plan.

Cela commençait avec la toute première estimation du PIB des Etats-Unis qui a augmenté 4,3% au 'T4' 2020 vers 6,4% au premier trimestre 2021 en rythme annualisé (chiffre conforme aux attentes... mais la fourchette était large et de nombreux investisseurs espéraient +7%, on verra bien lors de la seconde estimation).

Mais ce qui n'est pas conforme, c'est le taux d'inflation 'brut' qui bondit à +3,5% (au lieu des 2% attendus) tandis que le taux 'core' (hors variables volatiles) ressort à +2,4% (conforme aux attentes... mais bien supérieur au taux cible de 2%).

La croissance -et l'inflation- sont soutenues à la fois par les dépenses de consommation des ménages, l'investissement fixe et les dépenses publiques.

Les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage ont diminué de -13.000 'seulement' la semaine du 19 avril aux Etats-Unis, selon le Département du Travail, pour s'établir à 553 000: s'agit du niveau le plus faible enregistré depuis mars 2020... l'essentiel de ce tableau favorable provenant d'une spectaculaire chute de -185.000 la semaine précédente.

Enfin, le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités a augmenté de 9.000 la semaine du 12 avril, à 3.660 000.

Les excellents résultats publiés hier soir par les géants américains éclipsent les spectaculaires chiffres de l'inflation et devraient propulser le S&P500 vers un 33ème record annuel (au-delà des 4.200Pts) et le Nasdaq-100 a également toutes les chances de battre un record... mais à la marge.

Facebook a en effet annoncé mercredi soir un quasi-doublement de son bénéfice net au premier trimestre, soit 3,3 dollars de profit par titre contre 2,6 dollars attendu, ce qui devrait lui permettre d'atteindre de nouveaux sommets en Bourse aujourd'hui.

Plus attendu encore, Apple a dévoilé un chiffre d'affaires de 89,6 milliards de dollars, contre un consensus de 77 milliards, boosté par la demande pour l'iPhone 12 et les ventes de services. Son profit par action ressort à 1,40 dollar, contre une estimation d'un dollar tout juste. Le groupe de Cupertino a prévu de relever en conséquence son dividende, mais l'annonce la plus spectaculaire est que le plan de rachat d'actions sera porté à 90 milliards de dollars.

De son côté, la conférence de presse de Jerome Powell, le président de la Fed, n'a, elle, apporté aucun élément nouveau hier. Comme prévu, la Réserve fédérale va continuer son programme d'assouplissement quantitatif (QE) afin de maintenir les taux d'intérêt à long terme à un niveau très bas, malgré des signaux de reprise encourageants.

En Europe, l'inflation allemande ressort à +2% en avril, c'est la limite haute des estimations.

Sur le marché obligataire, les T-Bonds US se tendent de +5Pts vers 1,67%, nos OAT affichent +4,5Pts à 0,065%, de même que les Buns à -0,183%.

Malgré un PIB robuste, le Dollar se replie sous les 1,2100/E.

Côté valeurs, Total (+1,5%) a publié un résultat net ajusté part du groupe en croissance de 69% à trois milliards de dollars, soit 1,10 dollar par action, un BPA sensiblement supérieur à l'estimation moyenne des analystes.

STMicroelectronics (+4,5%) annonce un résultat net en hausse de 89,6% en variation annuelle, à 364 millions de dollars, et une marge d'exploitation qui s'est améliorée de 420 points de base, à 14,6%.

Airbus Group (+1,3%) a dévoilé un résultat net consolidé de 362 millions d'euros, contre une perte nette de 481 millions un an auparavant, ainsi qu'un EBIT ajusté consolidé en croissance de 147% à 694 millions.

Enfin, Suez a fait état ce matin d'un résultat d'exploitation (Ebit) de 340 millions d'euros, faisant ressortir une croissance organique de 39% par rapport au premier trimestre 2020. Le chiffre d'affaires trimestriel s'établit au-delà des 4,2 milliards d'euros.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.83%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • popo27g
    29 avril15:54

    tic tac, l inflation, la croissance, l immobilier US, plus haut qu avant les subprimes de 2008, la bourse, records sur records absolus, les taux des bunds US montent, peut être trop vite, la FED va rater le train. Tout est en place pour le plus gros CRACK de tous les temps, et les banques centrales ont déjà tout donné, trop, beaucoup trop. Ils n apprendront jamais...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer