1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

CAC40: creuse son retard sur W-Street, pétrole menace 70,5$
Cercle Finance08/11/2018 à 18:26

(CercleFinance.com) - Une ultime coup de pouce au moment du 'fixing' a permis au CAC40 de réduire ses pertes de moitié, à -0,13%, et d'en terminer un peu au-dessus des 5.130, le véritable pivot des 7 dernières heures de la séance.

L'Euro-Stoxx50 n'a pas eu cette chance et consolide de -0,25% vers 3.237.

Tout s'est figé à partir de 10H30, après que le CAC40 ait testé les 5.168, comme si un programme d'achat s'était achevé brusquement vers 9H45.

A Wall Street, c'est la statu quo avec un Dow Jones qui grappille +0,2% et le Nasdaq qui s'effrite de -0,3%.

Peut-être s'agit-il d'une manifestation de prudence à quelques heures de la conférence de presse de la FED concernant sa politique monétaire... mais dans ce cas, Wall Street est aux premières loges.

Après déjà 3 hausses de taux cette année, la Réserve fédérale devrait confirmer que les données économiques 'robustes' justifient sa volonté de poursuivre son cycle de resserrement monétaire avec une 4ème hausse le 19 décembre.

Son président Jerome Powell devrait notamment souligner les signes avant-coureurs de tension salariale (+3,1% par an).

'L'enjeu de la réunion de la Fed n'est pas de savoir si elle va augmenter son taux directeur ce soir (...) mais bien d'avoir confirmation du rythme d'appréciation des taux en 2019. Du point de vue macroéconomique, le récent rapport sur l'emploi américain et le rapport JOLTS constituent de sérieux feu vert pour qu'il y ait trois hausses de taux en 2019, après celle largement attendue pour décembre. Malgré quelques signes de fragilité au niveau du marché immobilier, les deux indicateurs surveillés par la Fed, à savoir l'inflation et l'emploi, tendent à valider le scénario d'une normalisation plus poussée de la politique monétaire. La réunion de ce soir comporte finalement assez peu d'enjeux et devraient apporter très peu d'éléments nouveaux aux investisseurs', confirme ce matin Saxo Banque.

Du côté des statistiques du jour, les opérateurs ont pris connaissance ce matin de la balance commerciale de la France. La Banque de France a ainsi fait état d'un solde des transactions courantes quasi inchangé à -1,9 milliard d'euros en septembre, après -2,0 milliards en août, en données corrigées de variations saisonnières et de jours ouvrables.

Dans le détail, un déficit d'échanges des biens de cinq milliards d'euros a été en partie contrebalancé par des excédents de 2,4 milliards pour les services et de 0,6 milliard pour les revenus primaires et secondaires.

En cumul sur les quatre derniers trimestres, le déficit des transactions courantes de la France, à -13,4 milliards d'euros, s'établit à un niveau proche de celui observé en 2017 (-13,1 milliards).

Les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômages aux Etats-Unis s'établissent à 214.000 (contre 215.000 début novembre).

Pas de réaction côté Forex, les jeux étaient faits dès ce jeudi matin, l'Euro retombe de -0,2%, vers 1,1410/$.

Enfin, net recul du pétrole ce soir avec un baril de Brent à -1,2% (vers 71,1$) qui menace ses supports moyen terme (70,5$).

S'agissant des valeurs, Société Générale (+2,1%) publie un résultat net part du groupe sous-jacent de 1,252 millions d'euros au titre du troisième trimestre 2018, en progression de 16,1% en comparaison annuelle, et un ROTE sous-jacent de 11%, contre 9,5% sur la même période de 2017.

Sodexo s'envolait de +5,6% malgré le recul de son bénéfice net et de sa marge d'exploitation lors d'un exercice 2017-2018 qualifié de 'difficile', plombé par l'activité en Amérique du Nord et des effets de change négatifs, ceci illustre le 'moins pire que prévu'.

Lagardère (+3,7%) a publié un chiffre d'affaires de 1,895 millions d'euros pour le troisième trimestre, en croissance de 2% en données consolidées et de 2,6% en données comparables, portant le cumul au 30 septembre à 5.261 millions (+1,9% en consolidé et +3,7% en comparable).

Le groupe de services multi-techniques Spie (+5,7%) a dévoilé un EBITA de 251,1 millions d'euros sur neuf mois, en hausse de 4,3% par rapport au niveau pro forma de 2017, soit une marge à 5,3%, en légère progression de 0,1 point.

Maisons du Monde (+3,3%) a annoncé hier avoir réalisé des ventes de 260 MnsE au T3, en hausse de 8,6% par rapport au troisième trimestre 2017 incluant Modani (5,0% à périmètre constant). Le groupe met à jour ses objectifs pour l'année 2018.

À périmètre constant, il vise une croissance des ventes désormais attendue entre 7 et 8%, en incluant Modani, la croissance des ventes est désormais attendue entre 9 et 10%. L'objectif d'EBITDA est inchangé en valeur absolue, tant à périmètre constant qu'en incluant Modani.

Valeurs associées

-0.42%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer