Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bruxelles enquête sur la fiscalité énergétique française

Reuters27/03/2014 à 18:19

LA COMMISSION EUROPÉENNE ENQUÊTE SUR LA FISCALITÉ ÉNERGETIQUE FRANÇAISE

BRUXELLES/PARIS (Reuters) - La Commission européenne a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête approfondie sur des réductions fiscales accordées en France aux grands consommateurs d'énergie, qu'elle juge a priori contraires aux règles de concurrence de l'Union européenne.

L'exécutif européen a toutefois validé le nouvel arrêté sur le tarif de rachat dans le secteur de l'éolien, fortement touché depuis plusieurs mois par une bataille juridique.

La loi française prévoit pour les industriels très consommateurs d'énergie, comme les aciéries, des plafonnements sur le paiement de la Contribution au service public de l'électricité (CSPE) mise en place pour financer notamment le soutien aux énergies renouvelables.

"Ces réductions semblent donner aux grands consommateurs d'électricité un avantage sélectif qui pourrait fausser la concurrence au sein du marché unique", écrit la Commission dans un communiqué.

Contacté par Reuters, le ministère de l'Energie n'a pas souhaité faire de commentaire sur cette enquête.

Selon l'Union des industries utilisatrices d'énergie (Uniden), qui dit prendre acte de cette enquête, la Commission s'interroge uniquement sur la "formalisation juridique" de ces réductions fiscales et non sur leur principe.

"Sur le principe de réduire les surcoûts liés aux énergies renouvelables pour les entreprises électro-intensives, il n'y a pas de remise en cause", a insisté un porte-parole, soulignant que cette aide existait dans plusieurs pays.

"Les plafonnements de CSPE qui sont applicables en France aujourd'hui sont vitaux pour les industriels. S'ils devaient supporter le soutien aux énergies renouvelables, ce serait impossible vu leur situation compétitive", a-t-il ajouté.

Les industriels électro-intensifs français, comme les producteurs d'aluminium, payent leur électricité environ 30% plus cher que les Allemands, selon lui.

LE SECTEUR DE L'ÉOLIEN "SOULAGÉ"

Bruxelles a précisé jeudi que le régime français octroyant un soutien à la production d'électricité à partir d'éoliennes terrestres était compatible avec les règles de l'Union en matière d'aides d'État.

L'arrêté de 2008 qui fixe le tarif de rachat de l'électricité produite par les éoliennes terrestres en France a été attaqué par une association d'opposants à cette énergie, au motif qu'il constituait une aide d'Etat qui n'avait pas été notifiée auprès de la Commission européenne.

En octobre 2013, le gouvernement français avait notifié un nouvel arrêté à Bruxelles pour anticiper une éventuelle censure du texte attaqué par le Conseil d'Etat.

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui dénonce depuis plusieurs mois le coup d'arrêt que cette bataille juridique a porté au secteur de l'éolien, a salué la décision.

"Avec cette décision, la Commission européenne préserve l'avenir. Si vous signez un contrat éolien aujourd'hui, vous pouvez être sûr que c'est robuste juridiquement. Maintenant, il reste à régler le passé", a déclaré Damien Mathon, directeur général du SER.

Une éventuelle censure de l'ancien arrêté par le Conseil d'Etat pourrait impliquer des remboursements de la part des producteurs, dit-il. La plus haute juridiction administrative française doit se prononcer courant 2014.

(Foo Yun Chee et Dominique Rodriguez, avec Marion Douet et Michel Rose à Paris, édité par Yves Clarisse)


Mes listes

valeur

dernier

var.

5.075 -4.69%
34 +6.73%
0.065 +18.18%
8.72 +1.40%
0.468 +2.63%
436.3 +1.23%
1.329 +1.76%
2.38 0.00%
8.26 +0.73%
69.75 -4.26%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.