Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bruxelles défend une stratégie différenciée sur les déficits

Reuters12/09/2011 à 18:40

BRUXELLES (Reuters) - Si les pays actuellement sous la pression des marchés doivent poursuivre leurs efforts de réduction des déficits, ceux disposant de marges de manoeuvre doivent au contraire laisser jouer les stabilisateurs automatiques pour contrer le ralentissement de la reprise, a estimé lundi la Commission européenne.

Dans son rapport annuel sur les finances publiques des Etats membres de l'UE, l'exécutif communautaire a par ailleurs jugé "favorables" les hypothèses liées à la réduction de la dette et des déficits publics français et a appelé Paris à se tenir prêt à prendre de nouvelles mesures d'économie si nécessaire.

"La stratégie européenne d'une consolidation budgétaire différenciée et graduelle reste valide face aux turbulences persistantes sur les marchés et aux incertitudes quant au rythme de la récupération", a dit le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, dans un communiqué.

"Les Etats membres actuellement sous la pression des marchés doivent continuer à remplir leurs objectifs budgétaires et prendre des mesures supplémentaires si besoin. Les Etats membres avec des marges de manoeuvre doivent laisser les stabilisateurs automatiques jouer pour contrer les effets d'un ralentissement de la reprise", a-t-il ajouté.

Selon les chiffres de la Commission, le ratio de la dette publique par rapport au PIB européen devrait continuer de grimper pour atteindre 83,3% en 2012, soit 20 points de PIB de plus qu'en 2007, lorsque la crise a débuté.

MESURES SUPPLÉMENTAIRES

Concernant la France, qui est à nouveau pointée du doigt pour ne pas avoir suffisamment fait d'efforts budgétaires en période de croissance, ce ratio devrait s'établir à 86,8% en 2012 - soit 22,9 points de plus qu'en 2007 - avant de commencer à décliner lentement.

Bruxelles juge aussi que les hypothèses sur lesquelles est basé le scénario français de réduction des déficits sont trop favorables, particulièrement en ce qui concerne les prévisions de croissance.

La France s'est engagée auprès de la Commission a faire repasser son déficit sous la barre des 3% de PIB, fixée par le Pacte de stabilité et de croissance, d'ici à 2013.

"Il n'est pas certain que les déficits excessifs seront corrigés d'ici 2013 sauf si des mesures supplémentaires sont prises", estime la Commission dans son rapport.

Elle invite donc les autorités françaises à "spécifier les mesures pour 2012 et au delà, à prendre des mesures supplémentaires si besoin et à utiliser tout surplus de revenus pour accélérer la réduction du déficit et de la dette".

Elle demande enfin de s'assurer de la soutenabilité du système de retraites et d'améliorer l'efficacité du système fiscal français, via une réduction des charges sociales au profit des taxes sur l'environnement et la consommation et via la réduction des niches fiscales.

Julien Toyer, édité par Gregory Schwartz

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.