1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brexit-May va à nouveau tenter de faire pression sur l'UE
Reuters08/03/2019 à 11:47

    par Alistair Smout et James Davey
    LONDRES, 8 mars (Reuters) - La Première ministre britannique
Theresa May va à nouveau tenter vendredi de faire pression sur
les Européens afin qu'ils accordent des concessions au
Royaume-Uni dans les négociations à trois semaines de la date
théorique du Brexit.
    La chef du gouvernement britannique doit prononcer dans la
journée un discours à Grimbsy, une région qui a massivement
soutenu la sortie britannique du bloc communautaire lors du
référendum de 2016.
    "Alors que les députés vont être confrontés à un choix
important la semaine prochaine, l'UE a elle aussi un choix à
faire", doit déclarer Theresa May.
    "Nous sommes tous les deux parties prenantes à ce processus.
Il est dans l'intérêt des Européens que le Royaume-Uni s'en
aille avec un accord", doit-elle ajouter selon les extraits de
son discours diffusés à l'avance.
    "Nous travaillons avec eux mais les décisions que l'Union
européenne va prendre dans les prochains jours auront un grand
impact sur le résultat du vote", juge-t-elle.
    Après le rejet en janvier par la Chambre des communes de
l'Accord de retrait approuvé en novembre par les négociateurs
britanniques et européens, les députés britanniques doivent se
prononcer une seconde fois sur un projet d'accord, mardi.
    Pour l'instant, Theresa May n'a guère obtenu de concessions
de la part des Européens contrairement à ce qu'elle avait promis
et l'incertitude prévaut quant à l'issue de ce second vote des
parlementaires.
    Dans l'hypothèse où le projet serait à nouveau rejeté mardi,
Theresa May a fait savoir que les députés auraient la
possibilité de voter mercredi et jeudi sur deux autres options :
une sortie du bloc communautaire sans accord (no deal) ou un
report du Brexit pour une brève période de temps.
    Le principal point d'achoppement concerne la clause de
sauvegarde (backstop), mécanisme qui doit éviter le
rétablissement d'une frontière physique entre la République
d'Irlande et l'Irlande du Nord.
    Ce mécanisme prévoit un maintien dans l'union douanière le
temps qu'une solution soit trouvée pour empêcher un retour à la
situation qui prévalait avant les accords de paix de 1998 en
Irlande du Nord.
    Les députés britanniques redoutent que ce mécanisme devienne
permanent et empêche une sortie du Royaume-Uni de l'Union
européenne. Certains souhaitent que ce backstop soit limité dans
le temps et que sa durée soit précisée.
    

 (Pierre Sérisier pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer