Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brexit-Barnier voit "une lueur d'espoir", selon des diplomates
Reuters17/09/2020 à 11:35

(Actualisé avec citations, réaction, contexte)

BRUXELLES, 17 septembre (Reuters) - L'évolution de la position britannique sur la pêche dans le cadre des négociations avec l'Union européenne a apporté une "lueur d'espoir" mais n'est pas suffisante, a déclaré jeudi Michel Barnier aux ambassadeurs des "27", a-t-on appris auprès de trois sources diplomatiques.

Le négociateur européen "croit toujours qu'un accord est possible même si les prochains jours seront décisifs", a-t-on déclaré.

La Grande-Bretagne a paru prête à des concessions sur le dossier de la pêche, la semaine dernière, ce que l'une des sources a confirmé jeudi, tout en jugeant cette ouverture insuffisante.

Michel Barnier doit s'entretenir avec David Frost, son homologue britannique, aux alentours de 14h00 GMT à Bruxelles.

Le gouvernement britannique a plongé la semaine dernière les négociations sur ses futures relations avec les Vingt-Sept dans la tourmente en présentant un projet de loi qui remet explicitement en cause certaines dispositions du traité de sortie de l'UE.

"A ce stade, nous avons raison de continuer à discuter avec les Britanniques", a jugé Clément Beaune, secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, qui s'exprimait à l'Assemblée nationale.

"Certains, de l'autre coté de la Manche, peuvent essayer de nous pousser à la faute, en disant: 'Ce sont les Européens qui ne veulent pas d'accord. Nous avons fait nos meilleurs efforts. C'est dommage'. Il ne faut pas tomber dans ce piège. Fermeté, calme, détermination", a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni a formellement quitté l'UE en janvier et Boris Johnson exclut de prolonger la période de transition pendant laquelle les réglementations européennes continuent à s'appliquer au-delà du 31 décembre.

Londres et Bruxelles estiment devoir conclure un accord au plus tard à la mi-octobre pour qu'il puisse entrer en vigueur début 2021 afin d'éviter toute perturbation des échanges commerciaux et des chaînes d'approvisionnement des entreprises.

(Gabriela Baczynska, Jan Strupczewski, John Chalmers, version française Jean-Philippe Lefief, édité par Blandine Hénault)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer