1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bouygues tente un coup de théâtre avant le conseil de Vivendi
Reuters04/04/2014 à 16:17

BOUYGUES RELÈVE ENCORE SON OFFRE SUR SFR

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Bouygues a annoncé vendredi qu'il relevait sensiblement le volet en numéraire de son offre sur l'opérateur SFR, à quelques heures d'un conseil de surveillance décisif de Vivendi qui doit trancher le sort de sa filiale.

Avant ce rebondissement, le prétendant rival Numericable, en négociations exclusives avec Vivendi depuis trois semaines, tenait la corde pour remporter la bataille pour le numéro deux français du mobile, selon deux sources proches du dossier.

Les treize membres votants du conseil de Vivendi, qui se réunissent dans l'après-midi, doivent décider si le groupe scelle un accord définitif avec le câblo-opérateur français dans une transaction de quelque 15 milliards d'euros.

Bouygues, qui a lutté pour rester dans la course, a tenté le tout pour le tout en remettant 1,85 milliard d'euros au pot pour porter à 15 milliards le volet en numéraire de son offre grâce au soutien de nouveaux partenaires.

Bouygues, qui avait déjà enrôlé la Caisse des dépôts ou encore la famille Pinault, a également obtenu l'implication entre autres de l'assureur Axa, de la famille Dassault et du fonds souverain de Singapour.

Vivendi détiendrait 10% du nouvel ensemble constitué de Bouygues Telecom-SFR, représentant une valeur d'un milliard d'euros avant synergies.

Il s'agit de la quatrième proposition de Bouygues qui a notamment surenchéri à deux reprises depuis l'entrée en négociations exclusives de Vivendi avec Numericable le 14 mars.

La nouvelle offre valorise SFR à 16 milliards d'euros avant synergies et en excluant un éventuel complément de prix d'un demi-million d'euros que Bouygues se dit prêt à verser.

DERNIÈRE LIGNE DROITE

La dernière proposition connue de Numericable - 11,75 milliards d'euros en cash et une participation de 32% pour Vivendi - valorise, elle, l'opérateur à 15,3 milliards d'euros, selon deux sources au fait du dossier.

Reste à savoir si ce coup de théâtre de dernière minute sera susceptible de changer la donne au sein du conseil.

Vivendi est depuis le début préoccupé par les risques d'obstacles réglementaires et d'exécution que comporte l'offre de Bouygues, qui conduirait le marché français de la téléphonie mobile à revenir à trois acteurs contre quatre actuellement, expliquent des sources proches des discussions.

Vivendi, qui veut recentrer ses activités sur les médias, est aussi plus enclin à signer un accord avec Numericable dont l'offre apporte au conglomérat une sortie plus rapide des télécoms, soulignent ces sources.

Vivendi n'a pas souhaité faire de commentaire sur les derniers développements.

"Nous avons efficacement travaillé avec Vivendi ces trois dernières semaines. Patrick Drahi est serein car il travaille sur ce projet industriel depuis longtemps", a de son côté déclaré un porte-parole d'Altice, la maison-mère de Numericable, avant que la nouvelle offre de Bouygues soit connue.

En Bourse, Bouygues, qui signait en début de matinée la plus forte baisse de l'indice SBF 120, a réduit ses pertes et ne reculait plus que de 0,98% à 30,34 euros à 13h23. Numericable de son côté cédait 1,47% à 27,49 euros.

La vente de SFR va modifier le paysage du marché français des télécoms fragilisé par deux années de guerre des prix dans la foulée de l'irruption de Free dans la téléphonie mobile.

Pour Vivendi, la vente de SFR, qui représente plus de la moitié de ses revenus et de ses bénéfices, constituera le dernier acte majeur d'une revue de portefeuille entamée en 2012 et qui doit aboutir à un recentrage du conglomérat sur les médias et les contenus.

(avec Sophie Sassard et Matthieu Protard, édité par Marc Joanny)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • xela78
    04 avril13:04

    C'est le feuilleton sans fin.

    Signaler un abus

  • glaty
    04 avril12:29

    LES DIRIGEANTS DE CHEZ BOUYGUES REVENT..!! Nous savons qu'ils ne réussiront pas à acheter SFR.. Ce n'est pas pour Bouygues mais pour Numéricâble..Bouygues s'entêtent à en devenir RIDICULE...VIVENDI NE VEUT PAS DE BOUYGUES;ILS SE SONT BIEN FAIT COMPRENDRE EN DONNANT L'EXCLUSIVITE A NUMERICABLE.. ILS NE VEULENT PAS DE BOUYGUES ..POINT BARRE

    Signaler un abus

  • claud616
    04 avril12:26

    Ça va licencier dure chez Bouygues si il remporte l'offre

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer