1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

BOURSE-Eurofins répond à Morgan Stanley, Berenberg en soutien
Reuters26/11/2018 à 11:49

    PARIS, 26 novembre (Reuters) - L'action Eurofins  EUFI.PA 
est orientée en nette hausse lundi, après la mise au point du
groupe sur son historique de croissance organique et ses
perspectives, en réaction à un avis défavorable publié il y a
plus d'une semaine par Morgan Stanley.
    A 11h45, le titre du spécialiste des tests en laboratoire
gagne 5,97% à 372,4 euros, parmi les plus fortes hausses du SBF
120 à Paris, après avoir touché vendredi un plus bas depuis août
2016. 
    Dans une note datée du 13 novembre, les analystes de la
banque américaine avaient initié leur couverture avec une
recommandation à "sous-pondérer", estimant que l'essentiel de la
croissance organique passée d'Eurofins était liée aux
acquisitions.  
    Cet avis avait fait chuter l'action Eurofins de 3,79% sur la
séance. A la clôture vendredi, la valeur accusait un repli de
16,7% depuis la parution de la note de Morgan Stanley.
    L'argumentaire de l'intermédiaire financier a été critiqué
lundi par le groupe dans un communiqué de presse et une lettre
adressée directement à l'analyste de la banque américaine basé à
Londres.
    "Certains passages spécifiques de votre rapport d'initiation
de couverture (...) manquent, à notre avis, d'informations
contextuelles et conduisent à des conclusions erronées,
notamment concernant la croissance organique historique de notre
groupe", écrit Victoire Spahn, directrice des relations
investisseurs, dans cette lettre rendue publique.
    Dans un communiqué séparé, le groupe détaille la façon dont
il intègre ses acquisitions dans ses comptes. Il explique
inclure dans le calcul de sa croissance organique annuelle
toutes les sociétés dont le rachat a été finalisé avant le 31
décembre de l'année N-1. 
    Cette méthode de calcul conduit à prendre en compte les
effets négatifs dans un premier temps d'une acquisition, comme
la réorganisation des lignes de production ou du portefeuille de
produits.
    En raison de ces effets, le taux moyen de croissance
organique publié par le groupe sur les quatre dernières années
(2014-2017) est de plus de 7%. "Si la société avait, pour
chacune de ces quatre années, inclus seulement les acquisitions
finalisées à la fin de l'année N-2 pour ce calcul, ce chiffre
aurait été supérieur à 7,5%", explique Eurofins.
    Le groupe estime ainsi que sa méthode de calcul est
"prudente" et qu'elle ne conduit pas à surévaluer la croissance
organique.
    
    OBJECTIFS CONFIRMÉS
    Eurofins a obtenu lundi du soutien de la part du bureau
d'études Berenberg, qui a relevé sa recommandation sur le titre
à "achat" contre "conserver".
    "Les pessimistes se sont concentrés sur la théorie selon
laquelle le niveau élevé de croissance organique historique a
été tiré par l'acquisition de sociétés à croissance rapide.
Toutefois, nous avons trouvé peu d'éléments pour étayer cela",
indiquent les analystes de la banque allemande.
    Les marchés finaux d'Eurofins dans l'alimentaire et
l'industrie pharmaceutique ont crû fortement, tandis que les
plus récentes acquisitions ont été légèrement dilutives sur la
croissance organique et les marges, notent-ils. 
    Parallèlement, Eurofins a annoncé avoir remboursé une ligne
obligataire de 300 millions d'euros et a confirmé ses objectifs
à plus ou moins long terme.
    Le groupe a ainsi réitéré sa prévision d'un chiffre
d'affaires de 3,8 milliards d'euros en données publiées pour
2018, de 4,6 milliards pour 2019 et de 5 milliards pour 2020.
    Il a aussi indiqué que son objectif d'un taux de croissance
organique annuel de 5% était atteignable au-delà de 2020.
    "Eurofins a remboursé une dette coûteuse, réitéré ses
objectifs et cherché à rassurer les investisseurs inquiets de la
contribution du M&A à la croissance organique", résument les
analystes de Jefferies, qui restent à l'achat sur la valeur. 

 (Blandine Hénault, édité par Véronique Tison)
 

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer