Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

BOURSE-Casino chute en Bourse sur une note de Bernstein, qu'il conteste (actualisé)
information fournie par Reuters08/08/2018 à 16:35

 (Actualisé avec réaction de Casino)
    PARIS, 8 août (Reuters) - Casino  CASP.PA  chute en Bourse
mercredi et a même touché un nouveau plus bas après
l'abaissement de la recommandation de Bernstein sur le titre,
l'intermédiaire ayant réduit sa valorisation pour prendre en
compte l'impact financier des accords de franchise en France.
    Le distributeur, qui a contesté dans un communiqué les
calculs de Bernstein, perd encore 7,78% à 31,63 euros à 16h30,
de loin la plus forte baisse de l'indice SBF 120  .SBF120 ,
(-0,34%), après être tombé à 30,61 euros, enfonçant le plus bas
du 26 juillet.
    Bernstein a abaissé sa recommandation sur la valeur à
"sous-performance" contre "performance de marché" et réduit son
objectif de cours de 26% pour le ramener de 35 à 26 euros.
    "Nous avons revu l'impact des transactions de Casino avec
ses partenaires, principalement les franchisés français, pour
mieux comprendre l'impact de ces coentreprises sur la
rentabilité et le cash-flow de l'entreprise", expliquent les
analystes de la banque américaine. 
    "Ces franchisés et leurs transactions ont un impact sensible
sur la rentabilité et le cash-flow et doivent donc être pris en
compte avec attention pour valoriser la société."
    Bernstein estime ainsi que l'Ebitda de Casino doit être
amputé de 152 millions d'euros pour refléter l'impact de ces
opérations sur sa valorisation.
    Casino souligne dans un communiqué n'avoir aucune obligation
de racheter les magasins transférés aux franchisés, dont il dit
qu'ils sont au coeur de sa stratégie, en particulier pour les
enseignes Franprix et Leader Price.
    "Dans le scénario très improbable où tous les magasins
transférés devraient être fermés simultanément, le coût
exceptionnel pour le groupe serait limité à environ 50 millions
d'euros", écrit la société.
    Bernstein se dit en outre préoccupé par l'impact potentiel
de cette réévaluation sur le refinancement à venir d'une partie
de la dette du groupe, les actions Casino servant de collatéral.
    Casino confirme, lui, son engagement de réduire sa dette
financière nette en France d'au moins un milliard d'euros en
2018, ce qui inclut tous les éléments liés aux transactions avec
les franchisés.

 (Marc Angrand et Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)
 

Valeurs associées

Euronext Paris -1.69%
Euronext Paris +1.55%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 08/08/2018 à 16:35:16.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.