Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Boris Johnson maintient sa ligne dure sur le Brexit

Reuters14/02/2018 à 17:20
    LONDRES, 14 février (Reuters) - Le chef de la diplomatie 
britannique, Boris Johnson, n'a guère adouci sa position sur le 
Brexit mercredi dans un discours pourtant destiné à apaiser les 
inquiétudes des électeurs sur les conséquences économiques de la 
sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.  
    Boris Johnson fait partie de ceux qui, au sein d'un 
gouvernement britannique profondément divisé entre partisans 
d'un "Brexit en douceur" et promoteurs d'une rupture franche 
avec l'UE, préconisent une ligne dure vis-à-vis de Bruxelles. 
    Il a jugé que les bénéfices liés à l'appartenance du 
Royaume-Uni au marché unique et à l'union douanière n'avaient 
"rien de remarquable ni d'irréfutable", contrairement à ce que 
disent les partisans du maintien au sein de l'UE.  
    Johnson, qui fut l'un des animateurs de la campagne "Leave" 
lors du référendum de juin 2016, lors duquel 52% des électeurs 
britanniques ont choisi de quitter l'UE, a déclaré que le Brexit 
était une question de démocratie, non d'hostilité envers le 
reste de l'Europe. 
    "Ce n'est pas un bras d'honneur adressé des falaises de 
Douvres", a-t-il dit. "C'est l'expression d'un désir naturel et 
légitime de gouverner par le peuple et pour le peuple." 
    Le Royaume-Uni, a assuré le chef de la diplomatie 
britannique, ne s'est pas replié dans son insularité. Les 
retraités britanniques vont continuer de s'installer en Espagne, 
les étudiants de participer à des programmes d'échange en Europe 
et les Etats-Unis, qui n'appartiennent pas à l'UE, augmentent 
aujourd'hui leurs exportations vers le bloc communautaire à un 
rythme deux fois plus rapide que le Royaume-Uni, a-t-il affirmé. 
    Boris Johnson a également accusé les partisans du maintien 
de chercher à revenir sur le Brexit en organisant un deuxième 
référendum, ce qui exacerberait selon lui les divisions 
politiques en Grande-Bretagne.  
    Le secrétaire au Foreign Office a ironisé sur les 
institutions européennes et assuré que le Brexit permettait de 
rejeter ce qu'il a présenté comme la volonté de l'UE de créer un 
"super-Etat européen".  
    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude 
Juncker, lui a vertement répondu en déclarant que cette idée 
était absurde. 
    "Certains dans la société politique britannique sont opposés 
à la vérité, prétendant que je suis un fédéraliste stupide et 
borné, que je suis favorable à un super-Etat européen", a dit 
Juncker lors d'une conférence de presse à Bruxelles.  
    "Je suis strictement contre un super-Etat européen. Nous ne 
sommes pas les Etats-Unis d'Amérique (...). C'est une absurdité 
totale", a déclaré le chef de l'exécutif bruxellois. 
    Le discours de Boris Johnson a été jugé peu convaincant par 
de nombreux chefs d'entreprise qui attendent d'en savoir plus 
sur les intentions du gouvernement britannique et les relations 
entre Londres et l'UE après le Brexit, effectif en mars 2019. 
    "Les entreprises sont de plus en plus inquiètes du manque de 
précisions émanant du gouvernement, et ce discours (de Johnson) 
ne va pas rendre les choses plus claires", a estimé Stephen 
Phipson, chef de l'organisation patronale EEF. 
 
 (Andrew MacAskill, Alistair Smout 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.