Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Boom de la voiture électrique : les valeurs préférées d'Alken AM
Partenaire23/11/2017 à 09:50

Marc Festa, cogérant du fonds Alken European Opportunities explique que  les prévisions de production de véhicules électriques ont "quasiment doublé par rapport à ce qu'on entendait il y a 6 mois". (crédit : Adobe Stock)

Marc Festa, cogérant du fonds Alken European Opportunities explique que les prévisions de production de véhicules électriques ont "quasiment doublé par rapport à ce qu'on entendait il y a 6 mois". (crédit : Adobe Stock)

Selon Marc Festa, cogérant des fonds Alken Asset Management, les ventes de voitures électriques devraient fortement accélérer sur les prochaines années : «Nous avons longtemps été sceptiques quant à la voiture électrique du fait des coûts trop élevés des batteries, des insuffisances en termes d'autonomie ou des réseaux de recharge trop peu développés ce qui s'est constaté dans les ventes décevantes de ces dernières années. Nous sommes beaucoup plus positifs aujourd'hui. En Europe, les normes de CO2 étant de plus en plus strictes ainsi que la baisse de parts de marché du diesel sous-entendent obligatoirement une hausse de la part de voitures électriques. Ce phénomène est encore plus évident en Chine où nous étions la semaine dernière et où nous avons constaté qu'au niveau des fournisseurs et des constructeurs, pour tout ce qui attrait à l'électrique (batteries, moteurs /chargeurs etc...), les prévisions de production ont quasiment doublé par rapport à ce que nous entendions il y a 6 mois. Ceci est renforcé par le fait que, dans certaines villes, les plaques d'immatriculation sont de plus en plus difficiles à obtenir si la voiture n'est pas électrique ou hybride.»

Renault-Nissan, acteur le mieux positionné

Cette tendance vers l'électrique apparaissant comme un fait indéniable, est-ce le moment d'investir sur ce thème et si oui, quelle sont les valeurs à privilégier ? «Pour l'instant, presque tous les acteurs perdent de l'argent et ce, malgré les subventions perçues. Par exemple Tesla, valeur favorite des marchés sur le thème de l'électrique, perd 1,5 milliard de dollars alors que le gouvernement fédéral subventionne actuellement 7.500 dollars par voiture, subvention qui sera d'ailleurs supprimée à la fin de l'année 2017. Quant aux autres constructeurs (Daimler, Volkswagen, Toyota, etc...) ils ne communiquent pas sur la rentabilité de leurs programmes et si l'on regarde leurs tailles et leurs budgets nécessaires en R&D, on peut supposer qu'ils sont tous très certainement en perte sur l'activité électrique et nous avons toutes les raisons de penser que cela devrait continuer. Afin de jouer cette tendance, nous pensons que l'acteur le mieux positionné est Renault-Nissan. Cela fait 10 ans que Renault-Nissan a produit 500.000 voitures purement électriques (deux fois plus que Tesla) et si l'on regarde leur communication financière, ils sont rentables sur le segment de la voiture électrique. A partir de 2019, l'alliance Renault-Nissan bénéficiera des synergies générées par la mise en place d'une plateforme commune de production de voitures électriques (baisse des coûts de production, de vente, etc..). De plus, à partir de 2019, Renault-Nissan devrait dupliquer les succès Dacia et Kwid dans l'électrique et ce, en Chine puis dans les autres pays émergents et très probablement en Europe. On parle même d'une voiture électrique à moins de 10.000 euros, soit la moitié du prix estimé des modèles des concurrents. De nombreux constructeurs, en retard technologiquement sur le segment de la voiture électrique tapent même à la porte de Renault pour leur acheter des voitures électriques en marque blanche !»

«Cependant, ajoute-t-il, l'important potentiel de Renault sur le segment de la voiture électrique ne parait reflété dans le cours de Bourse. « Aujourd'hui, si vous regardez la capitalisation boursière de Renault (25 milliards d'euros), elle est deux fois inférieure à celle de Tesla alors que Renault génère environ 4,5 milliards d'euros de profits par an et Tesla 1,5 milliard de dollars de pertes. Aucun débat n'est possible, nous favorisons Renault dans nos investissements.»

Valeo fait la course en tête chez les équipementiers

Et concernant les équipementiers automobiles ? «Du côté des équipementiers, nous pensons que le grand gagnant est Valeo. La coentreprise créée avec Siemens en 2016 sur le haut voltage a déjà engrangé plus de 5 milliards d'euros de commandes en neuf mois pour tout ce qui est moteurs, chargeurs, convertisseurs... et tout ce qui concerne l'électronique de puissance à mettre autour, ce qui en fait le leader mondial. Valeo ne communique pas sur ce sujet mais l'ensemble de nos analyses nous indiquent que la marge liée à cette coentreprise avec Siemens, surtout si elle est consolidée à 100% comme Valeo en a l'option pour 2021, contribuera fortement à la marge du groupe. De plus, leur division de systèmes de refroidissement conçoit et fournit l'ensemble des batteries des grands constructeurs leaders de voitures électriques.»

Alken Asset Management

Valeurs associées

OPCVM -0.57%
Euronext Paris +1.72%
Euronext Paris +1.32%
NASDAQ -3.78%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer