Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

BlackRock veut un plan de financement plus solide pour le climat
information fournie par Reuters11/07/2021 à 14:59

par Simon Jessop et Gavin Jones

VENISE, 11 juillet (Reuters) - Le directeur général de BlackRock BLK.N , Larry Fink, a appelé dimanche les gouvernements à élaborer un plan de financement climatique à long terme plus solide pour débloquer les capitaux privés nécessaires à la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

S'exprimant lors la Conférence internationale sur le climat de Venise à l'occasion d'une réunion des ministres des Finances du G20, il a ajouté que, sans un tel plan, les efforts actuels - y compris en matière de transparence sur l'impact de l'activité des entreprise - risquaient de n'être "rien de plus qu'une façade".

Larry Fink, qui dirige le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, avec environ 9.000 milliards de dollars d'actifs, a également appelé à une réforme du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale pour les rendre plus aptes à relever le défi du changement climatique.

Le dirigeant a souligné trois problèmes "critiques" à régler afin de favoriser la transition écologique, qui représente selon lui une opportunité de 50.000 milliards de dollars pour les investisseurs, alors que BlackRock est lui-même est un important pourvoyeur de fonds du secteur des énergies fossiles.

Selon lui, il faut premièrement que les entreprises privées soient soumises à la même pression que les entreprises cotées pour partager des informations sur leurs efforts en matière de développement durable.

Les sociétés pétrolières et gazières cotées sont aujourd'hui "massivement incitées" à vendre leurs actifs les plus polluants, souvent à des sociétés privées et publiques qui font l'objet d'un contrôle moins strict et divulguent beaucoup moins d'informations sur leurs opérations.

Deuxièmement, selon Larry Fink, les gouvernements risquent d'alimenter les inégalités à moins de créer davantage de demande pour des produits et services plus écologiques, en abaissant leur coût, ou "prime verte", qui pénalise les plus démunis et risque d'alimenter l'instabilité sociale.

Enfin, selon le patron BlackRock, des institutions telles que la Banque mondiale et le FMI doivent être réformées pour encourager davantage les capitaux du secteur privé à financer la transition dans les marchés émergents.

Larry Fink a également souligné que les deux organes avaient été créés il y a près de 80 ans sur la base d'un modèle bancaire, jugeant qu'il est désormais nécessaire de "repenser leurs rôles".

Citant le rôle de BlackRock dans la création d'une stratégie de financement climatique public-privé de 250 millions de dollars destinée aux infrastructures durables, dans laquelle le gouvernement et des philanthropes fournissent des capitaux subordonnés pour protéger les rendements des investisseurs privés, il a ajouté qu'il fallait davantage d'initiatives du même type.

"Si nous n'avons pas d'institutions internationales offrant ce genre de position de première perte à une plus grande échelle qu'aujourd'hui, en supervisant correctement les investissements et en réduisant le coût de financement et le coût des capitaux propres, nous n'allons tout simplement pas pouvoir attirer les capitaux privés nécessaires à la transition énergétique dans les marchés émergents", a-t-il estimé.

(Version française Benjamin Mallet)

Valeurs associées

NYSE -2.07%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.