1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bill Miller défend les actions américaines
Newsmanagers15/03/2011 à 11:15

(NEWSManagers.com) - Plus que jamais, Bill Miller reste fidèle aux actions et tout particulièrement aux actions américaines. A l' occasion d' un séminaire investisseurs qui se tenait à Londres en début de semaine, le gérant star de Legg Mason a estimé que 2011 serait non seulement une bonne année pour les actions américaines mais peut-être aussi l' entrée dans un cycle haussier durable.

De son point de vue, la reprise économique américaine est bien au rendez-vous et la Réserve fédérale ne devrait pas avoir besoin de mettre en ?uvre une troisième phase d' assouplissement quantitatif. Graphiques et tableaux à l' appui, Bill Miller a affirmé que les marchés avaient probablement atteint leurs plus bas niveaux et qu' une nouvelle phase de " buy and hold" s' ouvrait aux investisseurs.

Pour preuve, au cours des treize précédentes périodes depuis 1871 où le rendement réel des actions à 10 ans est devenu négatif, le retournement a été spectaculaire. Dans les dix années suivantes, les actions ont enregistré un rendement moyen de plus de 10% par an, soit 50% de plus que le rendement réel de 6,66% observé sur toutes les périodes décennales et deux fois plus que les titres du Trésor à long terme.

Bill Miller estime que la période actuelle offre un bon point d' entrée, les actions américaines étant peu chères, entre autres les technologiques, les financières, les services de santé et la pharmacie. Les risques macro-économiques empêchent les valorisations de décoller et Bill Miller, avec d' autres responsables de Legg Mason, a évoqué à ce propos l' erreur que constituerait un relèvement des taux en Europe, comme le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, l' a récemment laissé entendre.

info NEWSManagers

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer