Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bilan hebdomadaire : le CAC 40 bute sur les 3800 points

Le Revenu01/02/2013 à 10:25

Bilan hebdomadaire : le CAC 40 bute sur les 3800 points

(lerevenu.com) - LA TENDANCE

La semaine a été animée sur les places financières mondiales, en pleine période de publication des entreprises cotées. Wall Street s'est particulièrement bien comporté, conservant ses gains récents et s'affirmant même au plus haut depuis 2007, de retour sur ses niveaux antérieurs à la crise financière. L'indice phare parisien, le CAC 40, réalise quant à lui une performance pratiquement stable sur l'ensemble de la semaine, solide, sans pouvoir pour autant effacer pour l'heure les 3.800 points. Le CAC terminait ce vendredi sur un gain de 1,10% à 3.773 points. Il cédait 0,1% sur l'ensemble de la semaine.

Les statistiques de conjoncture ont donné quelques espoirs cette semaine, y compris en Europe, avec par exemple une bonne surprise concernant l'emploi allemand. Globalement, la tendance semblerait donc à l'accalmie, même si la situation de certains pays tels que l'Espagne demeure hautement préoccupante... Outre-Atlantique, les chiffres de conjoncture ont été contradictoires, mais les premiers éléments de l'année 2013, connus aujourd'hui, ont rassuré. Ainsi, l'ISM manufacturier américain a agréablement surpris, alors que les chiffres de l'emploi, sans atteindre le consensus, ont été honorables. Par contre, les opérateurs ont été surpris plus tôt cette semaine, par l'annonce de la contraction marginale du PIB des Etats-Unis pour le quatrième trimestre...

Alors que la confiance des ménages américains reste à bas niveau, l'indice de confiance des investisseurs institutionnels, mesuré par State Street, a fait ressortir une progression notable en janvier. L'indice général grimpe donc à 86,8 en janvier 2013, contre 81,4 pour le mois antérieur. Le gain est concentré sur la zone d'Amérique du Nord. Le sentiment des investisseurs a décliné toutefois en Europe.

Les dépenses de consommation des ménages français ont stagné en décembre, alors que les économistes espéraient une petite hausse (+0,2%). "Le rebond des achats d'automobiles et le recul des dépenses en énergie se compensent", a expliqué l'INSEE cette semaine. Sur un an, la consommation est en léger retrait (-0,1%). Sur l'ensemble du quatrième trimestre, les dépenses de consommation en biens reculent légèrement (-0,1%, après +0,2% au troisième trimestre).

La seconde lecture de l'indice PMI Markit de l'industrie manufacturière française pour janvier est restée inchangée par rapport à l'indice "flash", c'est-à-dire aussi médiocre : 42,9 points. L'économiste senior Jack Kennedy souligne que la conjoncture continue à se dégrader dans l'hexagone, avec comme "principale source d'inquiétude" le plus fort repli des nouvelles commandes depuis près de quatre ans observé en janvier, qui "fait craindre de nouvelles baisses soutenues de la production au cours des prochains mois".

Contrairement à sa composante française, l'Indice PMI final pour l'industrie manufacturière de la zone euro s'est repris, à 47,9 points en janvier contre 46,1 en décembre. L'estimation "flash" était un peu plus basse (47,5). L'indice désaisonnalisé affiche ainsi un plus haut de 11 mois, en restant cependant inférieur au cap des 50 points, signalant une expansion, pour le 18ème mois consécutif.

D'après le Département américain au Travail ce vendredi, les créations de postes non-agricoles aux Etats-Unis pour le mois de janvier 2013 sont ressorties au nombre de 157.000, ce qui ressort légèrement inférieur au consensus de place. Le taux de chômage américain est quant à lui remonté à 7,9%, légèrement supérieur aux attentes, puisque le consensus était de 7,8%. La distribution, la construction, la santé et le commerce de gros ont créé des emplois le mois dernier. Le nombre des Américains sans emplois était de 12,3 millions en janvier.

Cependant, l'économie américaine aurait créé plus d'emplois qu'initialement évalué en 2012. Ainsi, les gains en matière d'emploi ont été révisés nettement à la hausse pour les mois de novembre et de décembre. Les créations de postes pour le mois de décembre auraient en fait été de 196.000, contre 155.000 précédemment évalué. Les créations de novembre auraient même atteint... 247.000, contre 161.000 pour la précédente estimation. Globalement, les savants ajustements annuels du gouvernement font ressortir 335.000 créations de postes de plus que prévu en 2012 ! 181.000 emplois auraient donc été créés chaque mois l'an dernier, contre 153.000 précédemment estimé.

Selon le Département au commerce américain mercredi, le PIB des Etats-Unis pour le quatrième trimestre 2012 a... baissé de 0,1% en rythme annualisé, contre un consensus de place voisin de +1%. Il s'agit de la première estimation du PIB pour le dernier trimestre 2012. Elle sera révisée par deux fois. L'indice de prix rattaché à ce PIB a augmenté au rythme de 2,2%, contre +1,7% de consensus.

C'est la première fois depuis trois ans et demi que le PIB trimestriel américain repasse en territoire négatif. La baisse du quatrième trimestre 2012 s'explique en grande partie par les plus importantes coupes en quarante ans dans les dépenses de défense, le recul des exportations et l'effet des stocks des entreprises. Notons par contre une bonne tenue des dépenses des consommateurs, ainsi que des investissements d'entreprises et de l'immobilier.

Sur la période allant de juillet à septembre, soit le troisième trimestre 2012, la croissance américaine était pourtant particulièrement ferme à +3,1% en rythme annualisé.

Pour l'ensemble de l'année 2012, l'économie américaine a donc progressé de 2,2%, contre une croissance de 1,8% en 2011.

LES VALEURS

PPR
(+5% sur la semaine écoulée). Kepler a relevé d'"alléger" à "conserver" son opinion sur le dossier PPR en bourse cette semaine, rehaussant par ailleurs de 125 à 156 euros son objectif de cours ! Les valeurs liées au compartiment du luxe étaient pourtant sous pression la semaine précédente sur les marchés, pénalisées par une publication jugée un peu courte du groupe suisse Richemont.

STMicroelectronics (+3% sur cinq séances) a profité d'avis favorables d'analystes, suite à sa publication annuelle. Parmi eux, Natixis est repassé à l'achat sur le dossier, tandis que BofA ML a confirmé son opinion positive et relevé de 7,10 à 7,60 euros son objectif de cours. UBS est resté "neutre" quant à lui, mais a porté de 5,20 à 6,30 euros sa valorisation...
Hier, le marché avait finalement accordé le bénéfice doute à STMicroelectronics, qui avait publié des résultats 2012 plus dégradés que prévu en raison des exceptionnels, mais qui était surtout attendu sur la façon dont il se séparerait de sa co-entreprise ST Ericsson, lourdement déficitaire... Sur ce point, le scenario final n'a pas encore été tranché, mais les investisseurs n'en tiennent pas vraiment rigueur au groupe, qui devrait se prononcer lors du second trimestre sur la solution retenue.

Renault (+2% sur cinq jours de bourse). Pas de changement de tendance pour le marché automobile français en janvier. Après une chute de 13,3% du volume d'immatriculations en 2012 (voitures particulières et utilitaires légers), janvier est resté dans la même veine : -14% en glissement annuel pour 154.685 véhicules légers neufs immatriculés dont un peu moins de 125.000 voitures particulières (-15%).
Pour une fois, les constructeurs français ne sous-performent pas la tendance. Avec l'aide de la montée en cadence de la nouvelle Clio, voiture la plus vendue en France en janvier (toutes générations de Clio confondues), Renault fait même mieux après plusieurs mois bien sombres fin 2012. Le groupe de Carlos Ghosn ne concède que 9,2% de baisse par rapport à janvier 2011 avec un rebond de 7,8% pour la marque Dacia et un beau score de ventes de la Sandero (la marque Renault seule est à -12,6%).

PSA est dans la tendance du marché avec -14,4% et une baisse d'ampleur similaire pour les deux marques Peugeot (-13,1%) et Citroën (-15,9%). La Peugeot 208 est d'ailleurs reléguée à la troisième place des voitures vendues en France sur le mois, derrière la Clio (toutes générations de Clio confondues) et la Renault Mégane.
Chez les constructeurs étrangers, janvier 2013 détonne pour les constructeurs allemands qui ne rééditent pas leurs insolentes progressions des mois précédents. Si Mercedes résiste (-4,6%), BMW souffre davantage (-11%) mais c'est surtout le groupe Volkswagen qui rate son début d'année avec -22% (dont -26% pour Audi). VW place pourtant sa Polo au 7ème rang des meilleures ventes en France et la Golf à la 8ème place. Le groupe Hyundai (y compris Kia), imperturbable, progresse encore de plus de 20%. Hyundai vend au passage plus de voitures en France sur le mois qu'Opel, le futur partenaire industriel de PSA...

Alstom (+3% cette semaine). Patrick Kron, Président Directeur Général d'Alstom, et Jérôme Pécresse, Président du Secteur Renewable Power d'Alstom, ont inauguré, à Grenoble, le 1er février 2013, le nouveau siège du centre mondial de technologie en hydroélectricité d'Alstom, pôle d'expertise qui coordonne l'ensemble des activités de recherche et développement du Groupe dans ce domaine. Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie, et Geneviève Fioraso, ministre de la Recherche et de l'enseignement supérieur, assistaient à cette inauguration. Le site de Grenoble accueille également des équipes d'ingénierie, de gestion de projets, et de fabrication, soit 650 personnes aujourd'hui. Un projet de regroupement de moyens techniques et humains complémentaires sur le site est également prévu à l'avenir.

Vallourec (-5% sur la semaine) a été victime d'une tendance sectorielle très défavorable cette semaine dans les services pétroliers, dans le sillage de l'Italien Saipem et de son sévère avertissement sur les résultats.

Technip (-5% sur cinq jours) a lourdement décroché pour les mêmes raisons. CM-CIC Securities estime que le marché va s'interroger sur les marges embarquées du carnet de commandes de la société française, mais pense que le risque de voir Technip avertir est moindre, car la société n'a pas mentionné de pressions sur les prix ou les conditions de marges dans ses contrats remportés ces deux dernières années...

Saint-Gobain (-4% sur cinq séances) a souffert en bourse cette semaine, après l'abaissement de la recommandation de HSBC sur le dossier et... son entrée dans la liste des valeurs qu'UBS apprécie le moins. HSBC est passé de "surpondérer" à "souspondérer", craignant que l'exposition du groupe aux marchés européens toujours incertains ne le pénalise. L'objectif de cours a été réduit de 33 à 31 euros.

Finance Plus, édite par lerevenu.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.