Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bercy veut s'attaquer au monopole des pharmaciens

Le Parisien28/07/2014 à 09:24

Bercy veut s'attaquer au monopole des pharmaciens

Les pharmaciens dans le collimateur. L'Inspection générale des Finances (IGF) préconise, dans un rapport sur les professions réglementées, la fin du monopole des pharmaciens sur certains médicaments, indique le quotidien Les Echos dans son édition de lundi. 

L'IGF recommande d'ouvrir à la concurrence la vente de médicaments dont la prescription est facultative (Doliprane, Spasfon, etc) et la vente de médicaments non remboursables (Nurofen, Humex, Fervex, etc), précisent Les Echos.

Ces deux types de médicaments représentent environ 9% du chiffre d'affaires des pharmacies en moyenne, souligne le quotidien qui a eu accès à un nouveau chapitre du rapport de l'IGF qui n'a pas été rendu public.

Un déséquilibre flagrant dans les prix

L'Inspection générale des Finances souligne que «les prix des médicaments non remboursables ont augmenté deux fois plus vite que le coût de la vie depuis quinze ans (+3 % par an en moyenne entre'98 et 2011)» - une hausse visant à compenser la baisse des prix des médicaments remboursables, expliquent Les Echos.

Or, «ce rattrapage de marge est jugé parfois disproportionné par le rapport», pour lequel ouvrir la vente de certains médicaments aux supermarchés par exemple entraînerait une baisse des prix pour les consommateurs. Parmi les autres recommandations, les Echos citent la fin du numerus clausus pour les étudiants en pharmacie, l'ouverture du capital des officines à des investisseurs extérieurs et la liberté d'installation totale pour les pharmaciens.

Casser les monopoles des professions réglementées

Au 1er janvier 2013, les pharmaciens étaient 72 204, dont 31 074 exerçaient en libéral, selon la Cour des comptes. Les pharmaciens sont principalement rémunérés par la marge sur les médicaments mais les modes de rémunération commencent à se diversifier avec l'introduction récente d'une rémunération à la performance et d'un honoraire de dispensation.

Les 37 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

97 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • joel112
    28 juillet23:29

    Ceci coûterai à peu près 60/70.000€ de perte de chiffre par pharmacie,(au pire ça pourrai être le double) En supplément des autres mesures déjà annoncé par ailleurs, (pour les comptes de la sécu) , de la folie furieuse

    Signaler un abus

  • joel112
    28 juillet23:28

    l’ordre d’idée, partant des 270M€ (d’économie consommateur) possible, Leclerc ne pourra capter la totalité, supposons la moitie, soit environ 135M€, divisé par peut être 20 Millions de malades potentiels (estimation a vue de nez, sur 1 an) soit 6€ environ par personne par an pour 1/3 de population, par exemple.

    Signaler un abus

  • joel112
    28 juillet22:25

    je n'en reviens pas,ils sont capable de couler des dizaine (ou centaines a moyen terme) de petites boîtes (au moins celles déjà pas très en forme qui rapportent pas mal d’intérêts bancaires et autre...) pour faire économiser 5 à 6€ PAR AN (par votant), même pas un McDo

    Signaler un abus

  • dsta
    28 juillet22:02

    Même mon post concernant la suppression de mes messages par les camarades marxistes, très courageux au demeurant, a disparu !

    Signaler un abus

  • dsta
    28 juillet22:00

    Glandouille a dépensé 200 milliards de trop depuis son arrivée, mais on préfère taper sur les dos des pharmaciens pour récupérer 3 cts sur un comprimé! Les gens ayant un peu de bon sens se seraient attaqués à l'orgie des 200 milliards, mais nos "gouvernants", pas du tout !...vousoyez leur niveau, ...ou plutôt ou sont leurs intérêts !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.