1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Benalla-Dupont-Aignan claque la porte de la commission d'enquête
Reuters25/07/2018 à 11:02

    PARIS, 25 juillet (Reuters) - Nicolas Dupont-Aignan a
annoncé mercredi qu'il claquait la porte de la commission
d'enquête parlementaire sur l'affaire Alexandre Benalla après
qu'Emmanuel Macron eut choisi de s'exprimer devant les seuls
parlementaires de sa majorité.
    Le président du mouvement souverainiste Debout la France
estime que cette commission, qui enquête sur les circonstances
qui ont permis à un chargé de mission de l'Elysée de se mêler
aux forces de l'ordre et de malmener deux jeunes le 1er mai
dernier, est devenue une "mascarade".
    "Chaque jour qui passe confirme que l'affaire Benalla est un
fait un scandale Macron, illustrant toutes les dérives d'un
pouvoir irresponsable et mégalomaniaque", dit-il dans un
communiqué. 
    "Caché au milieu des 310 députés de sa majorité lors d'un
cocktail à Saint-Germain-des-Prés, Emmanuel Macron n'a eu aucune
parole digne de sa fonction, multipliant les postures
méprisantes. En prétendant qu'il 'assumait' tout et qu'il
'attendait qu'on vienne le chercher', Emmanuel Macron s'est
montré aussi arrogant que lâche : il sait très bien que les
institutions de la Ve République le protègent au Palais de
l'Elysée", a-t-il expliqué.
    "Certes, Emmanuel Macron n'est pas responsable devant les
députés mais devant les seuls Français. En revanche, il ne peut
à la fois répondre à une partie des députés tout en méprisant
les autres. C'est pourquoi il devait s'exprimer devant la Nation
et non devant ses partisans", a-t-il conclu.

 (Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

42.24 -0.44%
65.405 +0.12%
5160.52 -0.16%
1.13436 +0.04%
25.04 -0.54%

Les Risques en Bourse

Fermer