Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ben Bernanke prévoit une baisse du "QE3" en cours d'année

Reuters 20/06/2013 à 00:36

LA FED ABAISSE SES PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES

par Alister Bull et Pedro da Costa

WASHINGTON (Reuters) - Le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a déclaré mercredi que la banque centrale américaine pourrait commencer à revoir à la baisse son programme de rachats d'actifs plus tard dans l'année avant d'y mettre un terme vers la mi-2014, des déclarations qui ont pesé aussi bien sur Wall Street que sur le marché obligataire.

Auparavant, à l'issue d'une réunion de politique monétaire étalée sur deux jours, la Fed avait dit qu'elle maintenait sa politique monétaire ultra-accommodante conjuguant des taux d'intérêt proches de zéro et des rachats d'actifs obligataires massifs.

Comme ce qui était redouté par les investisseurs, Ben Bernanke, lors de la conférence qui a suivi l'annonce de la décision, a précisé le calendrier prévisible de retrait progressif des mesures de soutien de la banque centrale américaine; il avait déjà dit il y a un mois qu'une telle perspective ne saurait tarder.

"Le comité (de politique monétaire) estime à ce stade qu'il ferait bien de modérer le rythme des rachats d'actifs plus tard dans l'année", a-t-il dit.

"Et si les prochaines données macro-économiques continuent de correspondre à nos attentes actuelles pour l'économie, nous continuerons de réduire le rythme de nos rachats (...) au cours de la première moitié de l'année prochaine, avant une fin de rachats vers la mi-2014."

À dix minutes de la clôture de Wall Street, l'indice Dow Jones perdait plus de 1% alors qu'il n'était qu'en léger repli avant la conférence de presse de Ben Bernanke tandis que le rendement des obligations souveraines à 10 ans - référence du marché - évoluait à un plus haut de 14 mois.

DIMINUTION DES RISQUES BAISSIERS

Dans son communiqué publié à l'issue sa réunion de politique monétaire, la Fed a pris acte d'une diminution des risques baissiers pesant sur les perspectives de l'économie américaine mais elle note que le taux de chômage demeure trop élevé.

"Le comité (de politique monétaire) observe que les risques baissiers sur les perspectives de l'économie et du marché du travail ont diminué depuis l'automne", dit le communiqué.

Il réaffirme parallèlement que la Fed ne relèvera pas ses taux d'intérêt avant que le taux de chômage soit revenu à 6,5% ou en dessous de ce seuil, à condition que l'inflation demeure inférieure à 2,5%. Le taux de chômage était de 7,6% en mai.

Ben Bernanke a même précisé qu'un taux de chômage revenu à 6,5% n'entraînerait pas automatiquement de hausse des taux. Les économistes pensent que la Fed ne touchera pas à ses taux avant 2015.

Dans ses nouvelles prévisions économiques, la banque centrale estime que le taux de chômage devrait se situer en moyenne entre 7,2% et 7,3% à la fin de cette année, entre 6,5% et 6,8% au quatrième trimestre 2014 et entre 5,8% et 6,2% fin 2015.

Elle a aussi revu à la baisse ses prévisions d'inflation: l'indice des prix PCE, son instrument privilégié de mesure de l'évolution des pressions inflationnistes, ne devrait en effet augmentera que de 0,8 à 1,2% en 2013. Sa progression devrait toutefois s'accélérer l'an prochain pour atteindre 1,4% à 2,0%, puis en 2015, entre 1,6% et 2,0%.

La croissance, elle, est attendue entre 2,3% et 2,6% cette année, entre 3,0% et 3,5% l'année prochaine et entre 2,9% et 3,6% en 2015.

INFLATION SOUS L'OBJECTIF DE LA FED

La Fed avait porté en décembre son programme de rachats d'actifs à 85 milliards d'euros par mois : 45 milliards d'emprunts du Trésor et 40 milliards de dollars d'obligations adossées à des créances hypothécaires (MBS).

Cette injection massive de liquidités dans le système, conjuguée avec les politiques monétaires également accommodantes mises en place par la Banque du Japon et la Banque centrale européenne (BCE), est le principal, sinon le seul, facteur de hausse des Bourses depuis le début de l'année.

Mais l'élan de Wall Street, qui avait enchaîné les records peu avant, a été brisé le 22 mai, lorsque Ben Bernanke, président de la Fed, a déclaré que la banque centrale américaine pourrait réduire le rythme de l'assouplissement quantitatif au cours de l'une des "prochaines" réunions.

Depuis cette date, chaque indicateur macroéconomique meilleur que prévu est presque accueilli comme une mauvaise nouvelle, les investisseurs redoutant de voir se rapprocher le point à partir duquel la Fed estimera qu'il est légitime de lever le pied en matière d'achats de dette.

Depuis la dernière réunion de la Fed, en mai, le marché du travail a continué de s'améliorer à un rythme modéré, la conjoncture immobilière a continué de s'éclaircir à grands pas et la consommation des ménages a résisté à une plus forte pression fiscale et à une baisse des dépenses publiques.

En revanche, l'inflation a encore ralenti, se retrouvant désormais à un niveau nettement en-deçà de l'objectif de 2% retenu par la Fed.

D'après cette dernière, cette évolution est en partie le fait de phénomènes temporaires. Dans son communiqué mercredi, elle ajoute que les anticipations en matière d'inflation sur le long terme sont stables.

Il y a une dizaine de jours, une enquête Reuters a montré que la plupart des économistes s'attendent à ce que la Réserve fédérale réduise avant la fin de l'année le montant de ses achats de titres sur les marchés.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.