1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

BCE-QE et modulation de taux ont suscité la plus vive opposition-minutes
Reuters10/10/2019 à 13:47

    FRANCFORT, 10 octobre (Reuters) - La reprise des achats
d'obligations et la modulation du taux de dépôt de la Banque
centrale européenne (BCE) ont suscité l'opposition la plus
marquée lors de la réunion de politique monétaire de septembre
même si les nouvelles mesures de soutien ont été approuvées au
final, montre le compte rendu publié jeudi. 
    La BCE a annoncé le 12 septembre une baisse de 10 points de
base de son taux de dépôt, la relance de son programme d'achats
d'actifs et la mise en place d'un mécanisme de modulation du
taux de dépôt visant à atténuer son impact sur les comptes des
banques. 
    Mais plus d'un tiers des membres du Conseil des gouverneurs,
dont les représentants de la France et de l'Allemagne, se sont
opposés à la reprise de l'assouplissement quantitatif (QE). 
    Ces opposants ont déclaré qu'en poursuivant ses achats
d'obligations, la BCE prenait le risque de remettre en cause les
limites qu'elle s'est elle-même fixée en la matière, explique le
compte rendu.
    "Cela épuiserait l'univers achetable et remettrait en
question les limites du programme, considérées comme importantes
pour assurer que la frontière entre politique monétaire et
politique budgétaire n'est pas gommée", ajoute le document. 
    "Un certain nombre de membres ont estimé que les arguments
en faveur d'une reprise des achats nets d'actifs n'étaient pas
suffisamment forts, soit parce qu'ils les considéraient comme un
instrument moins efficace (...) soit parce qu'ils les
considéraient comme un instrument de dernier recours."
    Le compte rendu montre aussi que certains membres du Conseil
étaient disposés à soutenir une baisse de 20 points de base du
taux de dépôt à condition que le plan de soutien exclue la
reprise des achats d'actifs.
    Des réserves ont aussi été exprimées sur la modulation du
taux de dépôt, adoptée à une "majorité" des membres du Conseil
alors que la baisse de taux était votée à une "très large
majorité".
    

 (Balazs Koranyi, Marc Angrand pour le service français, édité
par Patrick Vignal)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer