Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Barack Obama reste confronté aux mêmes difficultés économiques

Reuters07/11/2012 à 10:31

BARACK OBAMA RESTE CONFRONTÉ AUX MÊMES DIFFICULTÉS ÉCONOMIQUES

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - En le réélisant mardi, les Américains semblent avoir accordé à Barack Obama le bénéfice du doute en matière économique, mais le président réélu ne semble pas avoir de recettes supplémentaires à leur proposer pour vaincre le chômage et favoriser la croissance.

Toute la campagne du locataire de la Maison blanche a été handicapée par la frustration des électeurs face à la lenteur de la reprise et à la montée apparemment inexorable de la dette publique.

Aujourd'hui, la meilleure méthode pour donner un coup de fouet à l'activité économique semble être de lever l'hypothèque du "mur budgétaire", ces quelque 600 milliards de dollars (466 milliards d'euros) de hausses d'impôts et de coupes dans les dépenses qui menacent de s'appliquer début 2013 et pèsent déjà sur les décisions d'investissement des entreprises.

Et la manière la plus efficace d'y parvenir est de conclure un accord d'assainissement budgétaire à long terme, une gageure au vu des divisions persistantes au Congrès.

"Obama va devoir régler un certain nombre de ces problèmes budgétaires pour remettre rapidement l'économie en mouvement", explique Mark Zandi, chef économiste de Moody's Analytics. "S'il n'y arrive pas, nous serons coincés."

Dans son premier discours après l'annonce de sa victoire mardi soir, le président s'est engagé à coopérer avec l'opposition républicaine pour réduire le déficit.

La première économie du monde n'est pas parvenue à renouer avec une croissance soutenue depuis qu'elle est sortie de la récession de 2007-2009.

Le produit intérieur brut (PIB) américain a crû en moyenne de 2,1% ces deux dernières années mais les Etats-Unis n'ont regagné que 4,5 des 8,7 millions d'emplois perdus pendant la crise. Environ 23 millions d'Américains restent sans emploi ou sous-employés, un grand nombre d'entre eux étant contraints de se contenter d'un travail à temps partiel. Une situation qui risque de perdurer au vu des cicatrices profondes laissées par la récession et de la faiblesse persistante de la croissance.

L'Etat fédéral, lui, continue d'emprunter des montants considérés comme insoutenables et sa dette dépasse désormais 16.000 milliards de dollars.

LE RISQUE DE BLOCAGE POLITIQUE DEMEURE

Pendant son premier mandat, Barack Obama a été incapable de surmonter les divisions entre démocrates et républicains au Congrès pour conclure un accord de réduction du déficit. Or le scrutin de mardi a confirmé ces divisions, le camp démocrate conservant sa majorité au Sénat alors que les républicains maintenaient leur emprise sur la Chambre des représentants.

Le président a plaidé pendant la campagne pour une réduction du déficit budgétaire de plus de 4.000 milliards de dollars sur dix ans en augmentant les impôts des Américains les plus riches et en réduisant les dépenses de défense, deux méthodes très impopulaires chez les républicains.

"S'attaquer aux positions partisanes et au blocage du Congrès restera une difficulté majeure: les résultats de l'élection d'aujourd'hui ne rendent certainement pas la situation plus facile", a déclaré Harm Bandholz, chef économiste d'UniCredit Research à New York.

Même si le président parvenait à un compromis avec le" Congrès sur le déficit, il n'augmenterait sans doute que de quelques dixièmes de point la croissance économique du pays car cela n'effacerait pas le principal effet néfaste de la récession: une diminution massive de la richesse des Etats-Unis.

Le patrimoine net médian des foyers américains a chuté de 38% entre 2007 et 2010 avec l'effondrement des prix de l'immobilier. Et on estime à près de 11 millions le nombre de foyers dont la dette immobilière dépasse la valeur de leur logement.

De surcroît, une part importante des emplois perdus pendant la récession, dans la construction, la finance, pourrait ne jamais être regagnée.

"La situation de l'emploi sera problématique parce que mon analyse, c'est que le chômage dont nous souffrons est, pour une part importante, structurel", souligne Adolfo Laurenti, chef économiste adjoint de Mesirow Financial à Chicago. "Même une économie dynamique aura du mal à ramener le taux de chômage sous 7%."

Ce taux est remonté à 7,9% en octobre.

L'économie américaine est également affectée par les répercussions de la crise de la dette dans la zone euro et du ralentissement de l'économie chinoise. Les exportations ont contribué à hauteur d'un tiers environ à la croissance depuis la fin de la récession.

"Nous évoluons dans une économie mondialisée et la croissance économique ne dispose pas d'un moteur mondial solide. C'est un problème qu'Obama ne peut pas régler aisément", ajoute Adolfo Laurenti.

Marc Angrand pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.