1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Banquiers centraux-De Guindos-La politique de la BCE pas dépendante des marchés
Reuters27/08/2019 à 15:12

    27 août (Reuters) - Principales déclarations des
responsables de la Banque centrale européenne (BCE) depuis la
réunion de politique monétaire du 25 juillet   : 
    
    * DE GUINDOS-L'ÉVOLUTION DES MARCHÉS NE REMPLACE PAS LE
JUGEMENT
    27 août - La BCE doit adopter une attitude critique
vis-à-vis des anticipations des marchés concernant sa politique
monétaire et doit fonder ses décisions sur des données
économiques et non financières, a déclaré mardi Luis de Guindos,
le vice-président de l'institution. 
    "Notre politique monétaire dépend des indicateurs, non des
marchés: les indications sur les anticipations de marché ne
peuvent pas remplacer le jugement politique", a-t-il dit lors
d'une conférence à Manchester.
    "Un autre moyen de renforcer notre analyse consiste à
étudier les anticipations au-delà de celles exprimées par les
cours sur les marchés financiers", a-t-il ajouté.
    Il a aussi mis en garde contre le risque de ce qu'il appelé
"l'effet chambre d'écho" par lequel, une fois les signaux
envoyés par la banque centrale intégrés dans les prix des actifs
financiers, ces derniers ne réagissent plus aux informations
d'ordre économique. 
    "L'effet chambre d'écho et le bruit lié aux signaux de
marché qui en découlent justifient que nous prenions avec des
pincettes les anticipations intégrées dans les cours sur les
marchés financiers", a-t-il dit.
    "Plus nous donnons d'indications sur l'évolution future de
notre politique, moins les signaux des marchés apportent des
informations permettant de mesurer l'état et l'évolution
attendue de l'économie."
    
    * REHN: BCE DÉCIDÉE À AGIR SUR LES PERSPECTIVES D'INFLATION
    19 août - Olli Rehn, gouverneur de la banque centrale de
Finlande et membre du Conseil des gouverneurs de la Banque
centrale européenne, a dit lundi que la BCE était décidée à agir
si les perspectives d'inflation à moyen terme continuaient à ne
pas atteindre l'objectif d'un taux inférieur mais proche de 2%.
    "Malgré le renforcement du marché du travail et
l'accélération des salaires, les pressions inflationnistes
restent contenues et les indicateurs d'inflation anticipée sont
en baisse avec la dégradation des perspectives économiques",
a-t-il dit dans un discours publié par la banque centrale.
    "Un important degré de soutien monétaire demeure nécessaire
pour que les conditions financières restent très favorables et
pour soutenir la croissance de la zone euro et les pressions sur
les prix intérieurs", a-t-il ajouté.
    Il a précisé que le Conseil des gouverneurs de la BCE était
prêt à ajuster tous ses instruments, de façon appropriée, afin
que l'inflation converge durablement vers son objectif.
    "Nous étudions actuellement différentes options, notamment
des moyens de renforcer le pilotage des anticipations ("forward
guidance") sur les taux directeurs, des mesures palliatives
liées au taux de dépôt négatif, telles que la conception d'un
système de paliers pour la rémunération des réserves - et
différentes options concernant le montant et la composition
d'éventuels nouveaux rachats d'actifs nets", a-t-il déclaré.
    
    * L'INFLATION POURRAIT JUSTIFIER UN SOUTIEN SUPPLÉMENTAIRE,
DIT MÜLLER
    19 août - L'inflation dans la zone euro, à 1% seulement en
juillet, est trop basse et la BCE pourrait décider en septembre
de nouvelles mesures de soutien, a déclaré lundi Madis Müller,
le gouverneur de la banque centrale estonienne.
    "L'inflation est loin de notre objectif de près de 2%",
a-t-il dit dans une tribune. "Cela pourrait signifier que la
banque centrale doit soutenir davantage l'économie. Le Conseil
des gouverneurs de la BCE en débattra lors de sa réunion de
mi-septembre."
    
    * NOWOTNY NE JUGE PAS UTILE DE LANCER UN QE2 
    5 août - Ewald Nowotny, membre sortant du Conseil des
gouverneurs de la Banque centrale européenne, s'interroge sur
l'utilité de nouvelles mesures expansionnistes et se prononce
contre un deuxième programme de rachat d'actifs (QE,
quantitative easing) dans une interview publiée lundi par
l'hebdomadaire autrichien Profil.
    Après la réunion monétaire du 25 juillet, des sources au
fait des débats ont indiqué à Reuters qu'une baisse du taux de
dépôt de la BCE était pratiquement acquise pour septembre,
ajoutant que des achats d'obligations souveraines et une
modification de la communication avancée étaient également
probables.  
    Ewald Nowotny, dans l'interview à Profil, dit ne pas juger
ces mesures utiles. "J'ai soutenu cette trajectoire (du QE)
quand le but était de prévenir la déflation, et cela a réussi.
Je suis sceptique quant à savoir si de nouvelles mesures
expansionnistes auraient vraiment un impact positif sur
l'économie réelle", affirme le banquier central autrichien qui
laissera sa place à Robert Holzmann le 1er septembre.
    "Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de reprendre ce
programme", ajoute-t-il au sujet des rachats d'obligations.
"Nous devons nous préparer à une longue phase de croissance
atone, de faible inflation et d'endettement élevé."

 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer