Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Banques et matières premières en soutien en attendant la BCE
information fournie par Reuters06/06/2022 à 14:25

LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse lundi et les Bourses européennes évoluent dans le vert à mi-séance, tirées par les compartiments des banques, des ressources de base et du luxe dans le sillage de la bonne tenue des places asiatiques en l'absence d'indicateurs économiques majeurs, dans un marché globalement calme en raison de la Pentecôte.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,81% pour le Dow Jones, de 0,94% pour le Standard & Poor's 500 et de 1,28% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 prend 1,08% à 6.555,28 vers 11h50 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,98% . À Londres, le FTSE avance de 1,16% après quatre jours de fermeture liée aux célébrations du jubilé de platine de la reine Elizabeth II. La reprise de la séance à Londres est marquée par l'annonce d'une motion de défiance, prévue dans la soirée, à l'encontre du Premier ministre britannique Boris Johnson, fragilisé par le "Partygate".

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,94%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,27% et le Stoxx 600 de 0,91%.

Les marchés d'actions, qui avaient souffert vendredi des craintes liées à l'inflation et aux taux d'intérêt après la publication du rapport sur l'emploi aux Etats-Unis qui a amenuisé l'espoir de voir la Réserve fédérale (Fed) marquer une pause dans son resserrement monétaire, restent cependant fragiles.

Les investisseurs attendent jeudi la réunion du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) et vendredi les statistiques des prix à la consommation aux Etats-Unis. Mardi, la banque centrale d'Australie tient sa réunion mensuelle et une hausse du coût du crédit de 25 points de base, à 0,60%, est attendue par les économistes interrogés par Reuters.

Aux Etats-Unis, les marchés anticipent des hausses de taux d'un demi-point ce mois-ci et en juillet et de près de 200 points d'ici la fin de l'année.

En zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) a indiqué que son taux de dépôt reviendrait en territoire positif d'ici fin septembre et les marchés monétaires en zone euro tablent désormais sur une augmentation de 133 points de base des taux d'ici la fin de l'année.. Les analystes de Bank America prédisent un relèvement des taux de 50 points en juillet et en septembre.

Aucun indicateur majeur ne figure à l'agenda de lundi après la publication en Chine de l'indice PMI Caixin des services, qui montre une amélioration de 36,2 en avril à 41,4 en mai, la barre de 50 séparant croissance et contraction.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Apple, qui tient ce lundi sa traditionnelle conférence annuelle des développeurs, gagne 1,6% en avant-Bourse.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, tous les autres grands secteurs de la cote évoluent dans le vert, l'énergie (+1,47%), les nouvelles technologies (+1,46%), les ressources de base (+1,15%) et la finance (+0,95%).

La tendance positive sur les matières premières et le luxe est liée aux nouvelles mesures d'assouplissement des restrictions sanitaires à Pékin et à Shanghaï, ce qui pourrait doper la demande chinoise.

Kering, LVMH, Richemont avancent de 0,80% à 1,30%, tandis que TotalEnergies, Eni et BP prennent de 1,21% à 2,22%.

La perspective d'un relèvement des taux soutient les banques dont l'indice gagne 1,52%. Société générale, BNP Paribas, Deutsche Bank et Unicredit s'adjugent de 1,78% à 2,78%.

Dans les autres secteurs, Just Eat Takeaway.com bondit de 13,37% après une information du Times selon laquelle le cofondateur de Grubhub, Matt Maloney, étudie un rachat de la filiale américaine du spécialiste néerlandais de la livraison de repas.

Le groupe britannique de défense BAE Systems, en hausse de 1,38%, est porté par un relèvement d'objectif de cours, tandis que la société d'investissement Melrose Industries gagne 3,2% à la faveur de l'annonce de la vente de sa division Ergotron pour 650 millions de dollars.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, qui a atteint vendredi un sommet de deux semaines à 2,986% après le rapport sur l'emploi, est stable lundi à 2,9534%. Celui à deux ans, le plus sensible à l'évolution des taux, s'affiche à 2,694%, au plus haut depuis le 18 mai.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans, qui a grimpé vendredi en séance à 1,281%, au plus haut depuis 2014, est également pratiquement inchangé à 1,267%.

CHANGES

La perspective d'un relèvement imminent des taux de la BCE soutient l'euro qui s'est stabilisé au-dessus de 1,07 dollar, bien loin de son creux récent à 1,0348. La monnaie unique européenne gagne lundi 0,07% à 1,0727 dollar et a atteint un sommet de sept ans contre le yen à 140,35 après avoir bondi de 2,9 % la semaine dernière.

Le dollar, également soutenu par des anticipations de hausses de taux, recule de 0,14% face à un panier de devises de référence après avoir progressé de 0,4% la semaine dernière. Le billet vert a cependant inscrit un plus haut d'un mois contre le yen à 130,99 et s'est rapproché un peu plus de son pic de 20 ans touché à 131,34 le mois dernier.

PÉTROLE

Les cours pétroliers, qui évoluaient en nette hausse en début de séance, toujours à la faveur des craintes sur l'offre, sont désormais stables.

Le baril de Brent prend 0,03% à 119,74 dollars et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,01% à 118,87 dollars.

AUCUN INDICATEUR ÉCONOMIQUE MAJEUR À L'AGENDA DU 6 JUIN

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Kate Entringer)

Valeurs associées

ENI
MIL -0.59%
Euronext Amsterdam +3.26%
Euronext Paris +1.48%
Euronext Paris +1.55%
Euronext Paris -0.61%
LSE -1.14%
BP
LSE -0.30%
Swiss EBS Stocks +1.88%

2 commentaires

  • 07 juin06:40

    les ricains nous disent que le pétrole tient bon la barre assez haute : 120 $ - libérons les pétroles vénézuélien, iranien, ensuite viendra le tour du pétrole russe - si le reste du monde des producteurs voulait contrer les russes, les pays vendraient leur pétrole beaucoup moins cher et favoriseraient l'économie, les pays à commencer par l'Amérique de Biden qui maintient/soutient la guerre en Ukraine, envois d'armes -


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.