1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bannir le diesel, une mauvaise idée pour le crédit, selon Moody's
Reuters03/08/2017 à 18:08

BANNIR LE DIESEL, UNE MAUVAISE IDÉE POUR LE CRÉDIT, SELON MOODY'S

par Edward Taylor

FRANCFORT (Reuters) - Interdire les véhicules diesel dans les villes européennes risque de remettre en cause les procédures de crédit mises en place par les constructeurs automobiles pour que leurs clients puissent acheter leurs voitures, estime l'agence de notation Moody's Investors Service.

Le tribunal administratif de Stuttgart a donné raison vendredi dernier à une organisation écologiste qui réclame l'interdiction du diesel dans les rues de cette ville du sud-ouest de l'Allemagne.

Cette décision, affirme Moody's, risque de provoquer une chute du marché de la voiture d'occasion et par contrecoup du crédit bon marché afférent.

Le crédit-bail a largement contribué à soutenir le marché automobile ces dernières années, les constructeurs à l'origine de ce crédit se couvrant sur le marché en titrisant ces créances sous forme d'ABS (asset backed securities).

Le crédit-bail, qui prend la forme d'un loyer mensuel, se termine en général par un rachat de franchise pouvant atteindre 60% du prix d'achat du véhicule mais le conducteur a toujours la possibilité de le revendre pour couvrir cette échéance et relancer un crédit pour l'achat d'une nouvelle voiture.

Mais la décision de Stuttgart est un coup dur pour le marché du diesel, qui pourrait se traduire par une dégradation de la valeur à l'argus des véhicules d'occasion.

Les écologistes entendent bien faire bannir les véhicules polluants des villes même si le gouvernement allemand et les professionnels de l'automobile ont convenu de lancer un plan de sauvetage du diesel comportant un programme de mise à jour des logiciels équipant les véhicules.

"Si la valeur à l'argus baisse, les concessionnaires auront du mal à couvrir les pertes sur cette valeur", explique Moody's. "En conséquence, ils risquent de ne pas avoir l'assise financière leur permettant de respecter leur engagement de rachat et les emprunteurs sont plus susceptibles de se retrouver en défaut compte tenu de cette obligation inattendue d'avoir à régler eux-mêmes la franchise".

La valeur à l'argus est aussi utilisée pour calculer les taux des loyers mensuels. Si elle baisse, les constructeurs devront augmenter les mensualités avec les risques que cela comporte sur les ventes et sur les capacités de remboursement des emprunteurs.

"Des mesures réelles visant à interdire les voitures diesel dans les agglomérations altèreraient fortement l'attrait de la voiture, déclenchant des décotes à l'argus qui affecteraient la qualité de la signature des ABS automobiles allemands", dit encore Moody's.

Ces ABS ont subi en moyenne des pertes cumulées de 0,1%, calculées sur la durée de vie des transactions en cours, ajoute l'agence.

Avec 15,6 millions d'immatriculations nouvelles ces cinq dernières années en Allemagne et 4,1 millions de contrats de crédit-bail actuellement titrisés, une bonne partie de la flotte allemande est concernée, poursuit-elle.

La demande de voitures diesel a chuté de 12,7% en juillet en Allemagne, suivant les statistiques de vente de l'organisme fédéral KBA. Le diesel ne représente plus que 40,5% des ventes de véhicules neufs sur le premier marché automobile européen contre 46% fin 2016.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 03/08/2017 à 18:08:31.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kelbelom
    03 août18:21

    J'ai un véhicule Diesel équipé de la pastille verte gouvernementale m'assurant qu'il est "écolo". Aujourd'hui je suis au ban de la société. On m'aurait menti ? Et dans ce cas, qui ??? et pour quelle raison ???

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer