Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Baisse inattendue de la production industrielle

Reuters09/08/2013 à 15:13

LA PRODUCTION MANUFACTURIÈRE

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - La production industrielle de la France a accusé en juin une baisse inattendue qui montre que l'embellie entrevue à travers une série d'indicateurs récents reste fragile et à confirmer dans le temps pour la deuxième économie de la zone euro.

Sur la période avril-juin, elle s'inscrit néanmoins en hausse, ce qui conforte, après les chiffres positifs de la consommation des ménages publiés fin juillet, la perspective d'une légère hausse du produit intérieur brut (PIB) sur la période après deux trimestres de baisse.

"Avec la production industrielle et la consommation, et un commerce extérieur pas exceptionnel, on devrait avoir une croissance de l'ordre de 0,1%", prédit Philippe Waechter, responsable des études économiques de Natixis Asset Management.

Pour les mêmes raisons, Fabrice Montagne, économiste chez Barclays, n'exclut pas un PIB positif "d'un ou deux dixièmes de point", alors qu'il tablait jusqu'ici sur une stagnation de celui-ci.

L'Insee, qui publiera le chiffre officiel du PIB du deuxième trimestre le 14 août, escomptait +0,2% dans ses dernières perspectives, tout comme la Banque de France.

Sur l'ensemble de 2013, l'Insee reste dans le négatif pour l'économie française, avec une contraction anticipée à 0,1%. Les économistes sondés dans la dernière enquête Reuters publiée en juillet prévoient pour leur part un recul de 0,3% sur l'année.

En juin, la production industrielle a reculé de 1,4%, après avoir déjà baissé de 0,3% en mai. La contraction de la production de l'industrie manufacturière a été moins prononcée : -0,4% après -0,9% en mai.

Vingt-trois économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une production industrielle de juin en hausse de 0,1%, leurs prévisions s'échelonnant entre -0,5% et +0,5%.

AVRIL EXCEPTIONNEL

La progression du deuxième trimestre s'est faite uniquement à la faveur d'un mois d'avril exceptionnel (+2,3% pour la production de l'ensemble de l'industrie et +2,6% pour la production manufacturière, qui n'avait pas connu une telle hausse depuis novembre 2005).

"On avait un chiffre en avril très fort, on corrige depuis. On est dans une phase d'amélioration, mais pas d'emballement", estime Philippe Waechter.

Par comparaison, l'Allemagne a enregistré une progression de 2,4% de sa production industrielle en juin qui augure d'un rebond plus robuste de son PIB au 2e trimestre (+0,6% pour les économistes sondés par Reuters).

Même si les dernières enquêtes sur le climat des affaires de l'Insee ou de l'institut Markit témoignent d'une embellie en France, "on n'est pas dans la même dynamique qu'on observe en Allemagne", souligne Philippe Waechter.

Diego Iscaro, économiste de IHS Global Insight à Londres, dit toujours croire à l'embellie récente grâce à des perspectives légèrement plus favorables chez les grands partenaires de la France, au premier rang l'Allemagne, et à un moral des chefs d'entreprise en hausse.

"Mais, l'environnement intérieur toujours difficile fait que toute amélioration sera probablement graduelle et pas exempte de risques de rechute", écrit-il dans une note.

Comme pour la consommation des ménages, affectée en juin par la chute des dépenses d'énergie, la production industrielle du mois a souffert de l'amélioration de la météo après un début de printemps froid, la production d'électricité chutant de 6,8% sur le mois.

Les autres principales baisses sont venues des industries agricoles et alimentaires (-2,9 %) et l'automobile (-5,7%).

La production a progressé en revanche de 0,8% dans le secteur équipements électriques, électroniques, informatiques, machines.

Edité par Patrick Vignal

Mes listes

valeur

dernier

var.

7.41 +0.41%
0.052 -0.95%
0.856 -2.78%
107.05 -0.56%
22.5 +1.35%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.