Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

BAE ne compte pas sur un contrat Eurofighter aux Emirats

Reuters19/12/2013 à 23:25

LES EMIRATS ARABES UNIS NE POURSUIVENT PAS LES DISCUSSIONS SUR L'EUROFIGHTER

par Brenda Goh

LONDRES (Reuters) - Les Emirats Arabes Unis (EAU) ont décidé de ne pas poursuivre les négociations avec BAE Systems concernant l'acquisition de chasseurs Eurofighter Typhoon, tandis qu'un accord définitif se fait toujours attendre avec l'Arabie saoudite, a annoncé jeudi le constructeur aéronautique britannique.

Les exportations vers le Moyen-Orient et les pays émergents sont devenues un enjeu de taille pour les constructeurs d'avions de chasse comme BAE confrontés à la baisse des dépenses militaires aux Etats-Unis et en Europe.

Un montant allant jusqu'à six milliards de livres (7,2 milliards d'euros) avait été évoqué pour le contrat de l'Eurofighter aux Emirats, mais BAE, dans un point sur son activité, a fait savoir jeudi que le risque était grand que les négociations n'aboutissent pas et qu'il avait donc décidé de ne pas en tenir compte dans ses projections financières.

Les tractations se poursuivent par ailleurs avec l'Arabie saoudite pour finaliser le contrat dit Salaam, annoncé en 2007 et qui portait sur l'acquisition de 72 appareils pour 4,43 milliards de livres de l'époque. Les retards dans l'officialisation de ce contrat ont contraint BAE à réduire plusieurs fois ses prévisions de résultats annuels.

"D'importants progrès ont été accomplis mais un accord définitif n'est pas encore intervenu. Un accord vers le nouvel an serait reflété dans les résultats de 2013", a indiqué le groupe britannique dans son communiqué.

En octobre, BAE avait averti que son bénéfice par action 2013 pourrait être amputé de 6 ou 7 pence si l'accord n'était pas signé.

"Ces deux nouvelles sont assurément négatives pour BAE car certains investisseurs attendaient un contrat des Emirats, surtout après la visite du Premier ministre David Cameron au Salon de Dubaï", relève Rob Stallard, analyste chez Capital Markets.

"Mais Salaam pourrait être encore plus inquiétant dans la mesure où ces délais interminables peuvent laisser le sentiment que les négociations font du surplace."

60 AVIONS

Les Emirats envisagent d'acquérir une soixantaine de chasseurs pour remplacer leur flotte de Mirage. Le consortium qui construit l'Eurofighter - comprenant BAE, EADS et l'italien Finmeccanica - espérait être bien placé après la visite de David Cameron au Salon aéronautique de Dubaï le mois dernier.

"La décision était commerciale, et c'était une affaire difficile. Comme BAE l'a dit, c'était un prospect intéressant mais ce n'était pas dans leur plan de marche", a dit un porte-parole du gouvernement britannique en insistant sur la qualité des relations entre Londres et les EAU.

En marge du Salon de Dubaï, une source avait indiqué le 17 novembre à Reuters que les EAU réfléchissaient encore au choix de l'avion de chasse qui équiperait son armée de l'air, un contrat pour lequel le Rafale du groupe français Dassault Aviation est également sur les rangs.

Cette source avait alors ajouté que l'américain Boeing était aussi en lice avec son F15.

Le Rafale, que Dassault n'a toujours pas réussi à vendre à l'étranger, a connu une nouvelle désillusion mercredi au Brésil où le Gripen du groupe suédois Saab a été retenu pour un contrat portant sur 36 avions.

Avec la contribution de Li-mei Hoang, Christine Murray et Tim Hepher ; Nicolas Delame et Véronique Tison pour le service français

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.