Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Avec l'Inde, la production de Rafale doublera en 2-3 ans-PDG

Reuters 18/05/2015 à 12:47

AVEC LE CONTRAT INDIEN, LA PRODUCTION DE RAFALE DOUBLERA EN 2-3 ANS

par Cyril Altmeyer

GENEVE (Reuters) - Dassault Aviation doublera sa production annuelle de Rafale en deux, trois ans une fois signé le contrat de vente de 36 avions de chasse à l'Inde, a déclaré lundi à Reuters Eric Trappier, PDG de l'avionneur.

Il a ajouté espérer que ce contrat, annoncé début avril, serait signé cette année, sans vouloir s'engager sur une conclusion au premier semestre.

"Dès que le contrat indien est signé, on doublera l'assemblage final en deux, trois ans", a-t-il dit en marge du salon annuel de l'aviation d'affaires Ebace qui se tient à Genève jusqu'au 21 mai.

Dassault Aviation produit actuellement 11 Rafale par an.

Au début du mois, la France a signé avec le Qatar un contrat portant sur la vente de 24 Rafale, faisant suite à l'accord conclu en février avec l'Egypte pour un nombre d'appareils identique.

Ces 48 appareils sont destinés à être prélevés sur les livraisons prévues pour l'Etat français, jusqu'à présent seul client du Rafale, avec l'objectif d'alléger le budget de la défense d'ici 2019.

Dassault Aviation a la possibilité de monter à un rythme "maximum" de 2,5 avions par mois si nécessaire pour absorber de nouvelles ventes à l'export, dont le contrat indien, a confirmé Eric Trappier lundi.

Il a ajouté que Dassault Aviation discutait avec plusieurs autres pays au sujet d'un contrat d'export du Rafale, notamment avec la Malaisie.

Concernant Thales, Eric Trappier a dit que Dassault Aviation avait vocation à rester actionnaire de l'équipementier, tout en ajoutant qu'une participation majoritaire n'était "pas à l'ordre du jour", puisqu'il faudrait renégocier le pacte d'actionnaires avec l'Etat, ce qui n'est pas envisagé pour l'instant.

"Moins on discute avec l'Etat, mieux on se porte sur ce sujet-là", a-t-il observé.

L'Etat français et Dassault Aviation ont respectivement 26,4% et 25,3% du capital de Thales, qui traverse une nouvelle période d'instabilité depuis la nomination surprise de son ex-PDG Jean-Bernard Lévy à la tête d'EDF en octobre 2014.

Alors que la nomination de Henri Proglio comme président du conseil d'administration de Thales devait être entérinée lors de l'assemblée générale du groupe d'électronique et de défense de mercredi dernier, l'ancien patron d'EDF a finalement renoncé, accusant le ministère de l'Economie de mener campagne contre lui en exigeant qu'il renonce à des mandats d'administrateur en Russie.

Patrice Caine, ainsi confirmé mercredi dernier comme PDG, resta à ce poste pour l'instant, et Dassault Aviation n'a "pas d'intentions particulières" à ce stade concernant un retour à une scission des fonctions de président et de DG, a ajouté Eric Trappier.

Le mandat de Patrice Caine, 45 ans, nommé le 23 décembre 2014 au poste de PDG en attendant la nomination avortée d'Henri Proglio comme président du conseil, court en principe jusqu'à l'assemblée générale annuelle de 2018.

(Edité par Matthieu Protard)

Mes listes

valeur

dernier

var.

5379.65 +0.65%
9.53 +0.11%
1.15327 +0.36%
0.311 -3.72%
4.616 +0.46%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.