1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Aucun Etat n'a réclamé les deux Britanniques de l'EI aux mains des FDS
Reuters10/02/2018 à 05:45

    AMUDA, Syrie, 10 février (Reuters) - Les Forces 
démocratiques de Syrie (FDS) n'ont reçu aucune demande de 
transfert des deux djihadistes britanniques du groupe Etat 
islamique (EI) qu'elles ont capturés le mois dernier dans le 
nord de la Syrie, a déclaré vendredi soir un haut responsable de 
cette alliance kurdo-arabe soutenue par les Etats-Unis. 
    "Nous n'avons reçu aucune requête officielle émanant d'une 
partie internationale pour livrer ces deux prisonniers", a dit 
Redur Xelil à Reuters, ajoutant que les FDS étudieraient toute 
demande en ce sens. 
    Des responsables américains ont révélé jeudi que les FDS 
avaient capturé le mois dernier Alexanda Kotey et El Shafee 
ElSheikh, deux djihadistes britanniques impliqués dans la 
torture et l'assassinat d'otages occidentaux en Syrie au côté de 
deux de leurs compatriotes, dont Mohammed Emwazi, surnommé 
"Jihadi John" par les médias britanniques, tué fin 2015. 
    Le quatrième membre du groupe, Aine Davis, est emprisonné en 
Turquie. Tous sont originaires de l'ouest de Londres. 
    Outre le journaliste américain James Foley et d'autres 
otages occidentaux assassinés, le quatuor a eu sous sa 
responsabilité les otages français Nicolas Hénin, Pierre Torrès, 
Didier François et Edouard Elias, libérés en 2014.         
    Les FDS ont diffusé vendredi des photos des deux hommes.  
    Xelil a par ailleurs confirmé que des représentants de la 
coalition internationale anti-EI sous commandement américain 
avaient participé à leur interrogatoire. 
    Alexanda Kotey a été capturé le 24 janvier dans une zone 
rurale de la province de Rakka alors qu'il tentait de gagner la 
Turquie. On ignore dans quelles circonstances son compatriote a 
été arrêté. 
    D'après le New York Times, le gouvernement britannique les a 
déchus de leur citoyenneté. 
    En décembre dernier, le ministre britannique de la Défense, 
Gavin Williamson, a estimé que les Britanniques membres de 
l'Etat islamique en Syrie et en Irak devaient être pourchassés 
et tués. 
    "Très simplement, mon avis est qu'un terroriste mort ne peut 
plus faire du mal à la Grande-Bretagne. Nous devrions faire tout 
ce que nous pouvons pour détruire et éliminer cette menace", 
a-t-il déclaré dans une interview accordée au Daily Mail. 
 
 (Rodi Said avec Mark Hosenball à Washington et Orhan Coskun à 
Istanbul 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rougegre
    10 février06:19

    Une fois de plus les britaniques avec la déchéance de nationalité immédiate et pas d'action pour le retour de ces parasites sont plus logiques et efficaces que nos politicards français qui remuent ciel et terre pour les récupérer ainsi que leur smala afin de gruger encore plus la caf et remplir les prisons plus qu'elles ne peuvent l'être ...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

53.94 +3.33%
13.764 -0.88%
36.885 +4.79%
14.78 +9.32%
CGG
0.9024 +7.94%

Les Risques en Bourse

Fermer