Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Au Mondial, les petites voitures mêlent low cost et high tech

Reuters 02/10/2014 à 12:36

LES PETITS MODÈLES AUTOMOBILES ASSOCIENT BAS COÛTS ET HAUTE TECHNOLOGIE

par Edward Taylor

PARIS (Reuters) - Dans la bataille en cours sur le segment des petits modèles, les constructeurs automobiles misent sur les équipements de sécurité et de divertissement de haute technologie, tout en recyclant des plates-formes et des composants de modèles plus anciens afin de réduire les coûts.

Plusieurs nouveaux modèles d'Opel, Citroën, Skoda et Kia attendus au Mondial de l'automobile, qui ouvrira ses portes au public samedi à Paris, incorporent ainsi des composants déjà présents dans des générations précédentes ou d'autres modèles déjà commercialisés.

Pour les analystes, cette tactique est logique dans le contexte économique actuel, qui détourne la clientèle des modèles plus gros et plus chers.

De fait, alors que les ventes de voitures en Europe restent inférieures d'environ 20% à leur sommet de 2007 et qu'une reprise en bonne et due forme semble encore lointaine, le segment A du marché, celui des petites voitures, constitue une oasis de croissance.

Il a progressé de 32% sur les dix dernières années pour atteindre 1,12 million de véhicules en 2013 alors que le segment B, auquel appartient par exemple la Ford Fiesta ou la Renault Clio, a chuté de 33% à 2,89 millions d'unités, selon le cabinet IHS Automotive. Et ce dernier lui prédit une croissance de 15% supplémentaire d'ici 2020.

Ces perspectives aiguisent logiquement la compétition, sur un marché des citadines - A et B - déjà ultraconcurrentiel, et incitent les constructeurs à réduire les coûts de fabrication en multipliant le partage de composants avec d'autres modèles de leur gamme.

"Les gagnants dans le secteur automobile seront ceux qui parviendront à réaliser des économies d'échelle", explique Wolfgang Bernhart, associé du cabinet de conseil en stratégie Roland Berger.

Volkswagen, pour l'instant leader du marché européen, est en train de mettre en place une nouvelle plate-forme de production visant à faciliter l'utilisation des mêmes composants sur plusieurs modèles.

ÉQUIPEMENTS HAUT DE GAMME, PRIX SERRÉS

Derrière lui se trouvent PSA Peugeot Citroën et Renault, ce dernier affichant une croissance trois fois supérieure à celle du marché grâce entre autres au succès de sa marque à bas coûts Dacia. Et les autres s'efforcent de coller à ce peloton en tête, en recourant aux mêmes méthodes.

La cinquième génération de l'Opel Corsa, vendue 10.500 euros, utilise ainsi une version modernisée d'une plate-forme Fiat-GM sur le marché depuis 2006.

Pour une bonne part, les économies réalisées par les constructeurs leur permettent d'équiper ces petits modèles d'équipements disponibles auparavant uniquement sur des voitures plus chères.

Le "concept-car" Citroën Cactus Airflow 2L, par exemple, un hybride, utilise ainsi des éléments de la Peugeot 208, explique Rémi Cornubert, associé d'Oliver Wyman à Paris.

"C'est un exemple de combinaison intelligente entre des éléments de marques d'entrée de gamme et certains éléments haut de gamme", résume-t-il.

Si le tableau de bord de la Cactus est dotée d'écrans numériques, ses fenêtres arrière s'ouvrent à la force du poignet et la gamme de ses motorisations a été volontairement revue à la baisse.

La priorité donnée aux équipements plutôt qu'à l'amélioration des performances du moteur semble correspondre aux priorités des automobilistes européennes: aujourd'hui, 50% à 60% des véhicules en circulation dans l'Union sont équipés des moteurs les moins chers selon Roland Berger.

Skoda, filiale de Volkswagen, doit présenter au Mondial de Paris la nouvelle version de sa Fabia, qui puise allégrement dans le réservoir de composants du groupe allemand, par exemple son système de freinage d'urgence. Et elle est vendue au prix de la version précédente, soit environ 11.600 euros.

Chez le sud-coréen Hyundai, l'i20, présentée à Paris, est dotée une caméra de recul dont les images sont diffusées sur un écran de sept pouces et d'une station d'accueil pour smartphones, en plus d'équipements de sécurité tels qu'un avertisseur de franchissement de ligne.

(Marc Angrand pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.