Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Au Bourget, Airbus et Boeing se mesurent sur le long-courrier

Reuters17/06/2013 à 19:02

AU BOURGET, AIRBUS ET BOEING SE MESURENT SUR LE LONG-COURRIER

par Matthias Blamont et Gilles Guillaume

LE BOURGET (Reuters) - Airbus et Boeing se sont lancés dès lundi dans une surenchère agressive de commandes au 50e salon du Bourget, les deux constructeurs étant désormais persuadés que leur prospérité future et celle de leurs équipementiers s'appuiera sur la domination du créneau des avions long-courriers.

La filiale de l'européen EADS a donné le coup d'envoi la première avec la signature d'un protocole d'accord conclu avec le loueur allemand Doric qui prévoit l'acquisition de 20 très gros porteurs A380, une transaction estimée à huit milliards de dollars sur la base des prix catalogues.

Cette annonce a surpris les industriels qui ne s'attendaient pas à ce que l'A380 remporte une si grosse commande auprès d'une société de location, qui plus est récemment créée. Les spécificités de l'appareil le rendent difficile et cher à adapter lors d'un changement d'utilisateur et les loueurs d'avions s'étaient jusqu'ici montrés sceptiques.

Grâce à ce contrat, Airbus enregistre sa première commande d'A380 de l'année.

Boeing n'a pas tardé à suivre avec l'annonce d'un engagement de Gecas, la filiale de leasing de General Electric, pour 10 exemplaires du 787-10, la dernière version en date du 787 que le groupe américain entend lancer officiellement mardi, et d'une commande de Qatar Airways pouvant aller jusqu'à neuf 777-300 ER.

Les monocouloirs, traditionnels "best-sellers" du marché, n'ont pas été oubliés. Le britannique TUI Travel a confirmé une commande de 60 exemplaires du Boeing 737MAX avec une option sur 90 appareils supplémentaires tandis que le loueur américain ILFC s'est engagé à acquérir 50 avions de la nouvelle famille A320neo.

Au terme de cette première journée, les commandes d'Airbus et de Boeing totalisent déjà près de 30 milliards de dollars. Du moins en théorie puisque les deux entreprises consentent à des remises importantes lorsqu'elles réussissent à placer de gros contrats.

PRESSION

"Les intervenants se concentrent sur le long-courrier cette année. Il s'agit d'un segment critique et fondamental pour la rentabilité des deux constructeurs", souligne Bruno Goutard, économiste senior auprès de l'assureur-crédit Euler Hermes.

Airbus s'est efforcé de mettre la pression sur son concurrent dès vendredi dernier avec le premier vol de son dernier-né, le long courrier A350, destiné à concurrencer les 777 et 787 de Boeing.

De son côté, le groupe américain mise sur le 787-10, une version allongée du 787, pour faire oublier les difficultés de lancement de cette nouvelle famille d'appareils, cloués au sol pendant trois mois du fait de problèmes avec les batteries.

Le Boeing 787-10, d'une capacité de 323 sièges, vise notamment le marché en forte croissance des liaisons intérieures en Asie, un créneau qu'Airbus entend également conquérir avec l'A350 et l'A380.

Des sources ont déclaré à Reuters que Boeing se préparait à annoncer mardi une série de commandes pour le lancement du 787-10 équivalant à plusieurs dizaines de milliards de dollars. Les noms de Singapore Airlines, British Airways, Air Lease et United Airlines sont régulièrement cités.

"Les commandes électriques et les matériaux composites constituaient le dernier grand saut technologique en date", a fait valoir Raymond Conner, directeur général de la branche d'aviation commerciale de Boeing.

"Le prochain saut est à attendre du côté de la production. Il faudra construire des avions plus vite et le plus efficacement possible."

Avec Tim Hepher, Elizabeth Pineau, Maria Sheahan, James Regan, Andrea Shalal-Esa, édité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.