Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ATR livre son millième avion, symbole de son redressement

Reuters03/05/2012 à 20:36

ATR livre son millième avion, symbole de son redressement

par Jean Décotte

BLAGNAC, Haute-Garonne (Reuters) - ATR, coentreprise entre EADS et l'italien Finmeccanica qui a frôlé la faillite en 2004, a livré jeudi son millième avion, signe de son spectaculaire rétablissement et de l'appétit retrouvé du marché pour les appareils turbopropulseurs.

L'avionneur a par ailleurs dit travailler à la définition technique et commerciale d'un nouvel appareil d'une capacité accrue et permettant de réduire d'au moins 15% le coût du passager par siège.

Passé d'un carnet de commandes de seulement cinq appareils il y a huit ans à 224 avions fin 2011, le groupe a remis jeudi les clés d'un ATR 72-600 à la compagnie espagnole Air Nostrum, filiale d'Iberia, lors d'une cérémonie à Blagnac, près de Toulouse. Le premier ATR avait été livré en 1985.

"(En 2004) tout le monde au sein du secteur industriel ou du système bancaire voyait en ATR un cadavre", a rappelé au cours d'un discours Filippo Bagnato, président exécutif de la coentreprise, évoquant une situation alors "quasi désespérée".

Mais avec le renchérissement du prix du pétrole, la "jet-mania" a reflué, offrant une nouvelle jeunesse aux avions à hélices comme ceux d'ATR, moins rapides mais moins gourmands en carburant.

"Depuis 2005, nous avons écoulé 50% de l'ensemble des appareils vendus (par ATR) au cours des 30 dernières années", a dit Filippo Bagnato, qui a réaffirmé viser un chiffre d'affaires de deux milliards de dollars (1,5 milliard d'euros) "d'ici deux ans".

"PAS UN LIT DE ROSES"

Fin janvier, ATR avait annoncé un carnet de commandes record estimé à cinq milliards de dollars à la fin 2011, tablant sur une hausse de 60% de sa production d'ici trois ans.

Le groupe prévoit de livrer plus de 70 appareils en 2012 et de porter ses livraisons annuelles à au moins 80 appareils à partir de 2013, contre 54 en 2011.

Filippo Bagnato a déclaré à la presse qu'il faudrait sept à dix ans à ATR pour atteindre la barre des 2.000 appareils livrés.

Concernant la conception d'un nouvel appareil doté de 90 sièges, le président exécutif d'ATR a chiffré son coût à "la moitié du développement d'un jet coûtant 3,5 milliards de dollars".

Il a estimé que le marché des avions turbopropulseurs représentait 3.000 avions, dont un millier d'appareils de 90 places, sans toutefois donner de date pour le lancement d'un tel programme, qui dépend du feu vert des actionnaires EADS et Finmeccanica.

"La naissance d'un programme n'est pas un lit de roses", a-t-il fait valoir. "Nous sommes en train d'évaluer les besoins de nos clients (...) Nous travaillons avec les constructeurs (de moteurs) afin d'avoir toutes les parties prêtes le jour du lancement du projet."

Filippo Bagnato a ajouté qu'ATR travaillait avec Pratt & Whitney et General Electric sur la motorisation, et n'excluait pas de discuter aussi à l'avenir avec le français Safran.

Edité par Marc Angrand


Mes listes

valeur

dernier

var.

0.642 +0.31%
99.94 -0.07%
1.2 0.00%
16.55 +6.43%
0.029 -6.45%
131.2 +0.54%
13.45 +0.52%
1.278 0.00%
18.53 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.