Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Atos, plus forte hausse du SRD à la mi-séance du jeudi 23 juin 2022
information fournie par AOF23/06/2022 à 12:15

(AOF) - Atos (+10,14% à 13,90 euros)

Atos échappe à la baisse du marché parisien grâce à une information de BFM Business selon laquelle l'Etat serait favorable à un rapprochement avec Thales. " Les ministères laissent Thales manœuvrer pour créer un champion français dans le secteur ", explique le média alors que le groupe de défense, détenu à 25,7% par l'Etat, s'intéresse aux activités de cybersécurité d'Atos depuis plusieurs mois. Il serait soutenu par les ministères de l'Économie et des Armées.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Leader international de la transformation digitale créé en 1997, n°1 européen du cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs ;

- Activité de 10,8 Mds€, répartie en 3 divisions –infrastructure & data management pour 54 % des ventes, business & platform solutions pour 34 % et big data & cybersécurité pour 10 % ;

- Equilibre géographique des revenus : 23 % des ventes en Amérique du nord, 25 % en Europe du nord, 23 % en Europe centrale et 22 % en Europe du sud ;

- Modèle d’affaires de transformation numérique durable ;

- Capital ouvert (9,96 % pour le fonds de pension Siemens et 2,2 % pour les salariés), Bertrand Meunier présidant le conseil d'administration de 13 membres, Rodolphe Belmer étant directeur général ;

- Bilan solide avec ratio dettes/capitaux propres de 28 % et effet de levier de 1,9, d’où l’exclusion par la direction de toute augmentation de capital.

Enjeux

- Nouvelle Stratégie : recentrage sur le digital, la décarbonation, la sécurité et le cloud qui devront contribuer à 65 % des revenus à moyen terme / plan de redressement en Allemagne / vers une cession des activités d’infrastructures sur sites et de datacenters classiques, soit 1/5ème des revenus ;

- Stratégie d’innovation développée dans 18 centres de R&D avec un portefeuille de 3 000 brevets : open innovation via les partenariats avec les centres universitaires (informatique quantique, calculateurs exaflopiques, intelligence artificielle, HPC, leadership multiculturel...), avec des alliances avec d’autres acteurs (AWS, Dell, Google, Huma, Microsoft, OVHCloud, Sparkle…) et avec les clients / 2 communautés scientifiques d'experts collaborateurs du groupe / programme Scaler de collaboration avec 50 start-up;

- Stratégie environnementale supportée par la Digital Transformation Factory, l’Hybrid Cloud, les solutions « Business Accelerators », la « Connected Intelligence » et la « Digital Workplace » et visant à répondre à 3 enjeux majeurs : neutralité de l’intensité carbone dès 2028 et réduction de moitié des émissions d’ci 2025 vs 2021 / ventes de solutions de décarbonation, renforcées par l’acquisition d’EcoAct / investissements dans les supercalculateurs à hydrogène et les technologies quantiques / lancement du 1er emprunt « vert » ;

- Renforcement dans la sécurité avec l’achat du britannique Cloudreach et l’ouverture d’un centre de sécurité souveraine en Bulgarie ;

- Visibilité de l'activité avec un carnet de commandes égal à 2,1 ans de chiffre d'affaires.

Défis

- Ralentissement des prises de commandes et réduction de la durée des nouveaux contrats ;

- Guerre Russie-Ukraine : faible impact en termes de revenus (0,4 %) mais élevé en termes de forces de travail, les services auparavant fournis de Russie ayant été transférés vers l’Inde et la Turquie ;

- Redressement rapide attendu après la perte accusée en 2021, sur fond de rumeurs d’OPA par Airbus, Orange… et d’introduction en bourse des activités BDA et sécurité ;

- Après un début d’année marqué par un effritement des ventes, objectif 2022, confirmé, de revenus variant de +0,5 à + 1,5 %, d’une marge opérationnelle de 3 à 5 % et flux de trésorerie disponible entre + 150 M€ et 200 M€

La guerre des talents a été encore renforcée par l’annonce de Facebook, qui compte réaliser 10.000 embauches d’ici cinq ans en Europe. Le manque de ressources humaines ne se limite ni à la France, ni à l’Europe : il est mondial. Ainsi 1,2 million d'ingénieurs informatiques devraient manquer en 2026 aux Etats-Unis. En France, selon Numeum, fédération du secteur du numérique, il manque environ 10.000 ingénieurs informatiques sur un total de 600.000 personnes employées par les éditeurs de logiciels et les entreprises de services numériques (SSII). Si le phénomène n’est pas nouveau, il s’intensifie. Il est renforcé à la fois par les embauches de certaines sociétés, à la recherche de développeurs pour internaliser leurs projets numériques essentiels, et par les fortes ambitions de certaines start-up.

Valeurs associées

Euronext Paris -6.43%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 23/06/2022 à 12:15:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.