Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Atos a finalisé le rachat du canadien AppCentrica
information fournie par AOF02/12/2021 à 08:44

(AOF) - Atos a finalisé l'acquisition d'AppCentrica, une société de conseil en technologie et gestion basée au Canada et spécialisée dans les services d'applications cloud et Salesforce.

Fondée en 2010 et basée à Toronto, AppCentrica est une entreprise de services cloud qui offre des conseils en transformation d'entreprise, en modernisation et en développement d'applications cloud, ainsi que des conseils en matière d'environnements Salesforce et MuleSoft.

Elle sert de grandes entreprises d'Amérique du nord et des partenaires réputés, et s'adresse plus particulièrement aux marchés des services financiers et des industries manufacturières. Avec cette acquisition, une équipe d'environ 90 experts en applications cloud et Salesforce rejoindra les effectifs d'Atos.

" Nous entamons un nouveau chapitre passionnant de l'histoire d'Atos au Canada. Avec l'arrivée d'AppCentrica au sein de la famille Atos, nous renforçons notre expertise locale dans des domaines véritablement stratégiques. En accord avec la raison d'être du Groupe, nous continuerons à collaborer avec nos clients afin de leur fournir des solutions numériques sécurisées et décarbonées dans le cadre de leurs programmes de transformation d'entreprise. " précise Valerie Milone, directrice des activités d'Atos au Canada.

AOF - EN SAVOIR PLUS

ATOS

=/ Points-clés /=

- Leader international de la transformation digitale créé en 1997, spécialiste du cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs ;

- Activité de 11,2 Mds€, répartie en 3 divisions –infrastructure & data management pour 54 % des ventes, business & platform solutions pour 34 % et big data & cybersécurité pour 10 % ;

- Équilibre géographique des revenus : 23 % des ventes en Amérique du nord), 24 % en Europe du nord, 24 % en Europe centrale et 20 % en Europe du sud ;

- Modèle économique fondé sur l’expertise (16 groupes solutions, 2 divisions produits) et l’offre de plates-formes métier (cloud, expérience collaborateur et client, cybersécurité et zéro carbone) afin de vendre des solutions métiers (économie de la donnée et transformation digitale des métiers) ;

- Capital ouvert (11,3 % pour le fonds de pension Siemens et 2,2 % pour les salariés), Bertrand Meunier présidant le conseil d'administration de 13 membres, Elie Girard étant directeur général, Rodolphe Belmer devant prendre sa suite au plus tard le 20 janvier 2022 ;

- Bilan solide avec une dette nette ramenée à 467 M€.

=/ Enjeux /=

- Stratégie révisée en avril 2021 à partir de l’étude stratégique du portefeuille d’activités -

- recentrage sur la cybersécurité, le digital, la décarbonisation et le cloud qui devront    contribuer à 65 % des revenus à moyen terme, renforcé par des acquisitions ciblées,

- vers une cession des activités d’infrastructures sur sites et de datacenters classiques, soit  1/5 ème des revenus ;;

- Stratégie d’innovation intégrée au modèle d'affaires et développée dans 18 laboratoires :

- 8 technologies stratégiques : applications de pointe, calculs de haute performance,        intelligence artificielle, automatisation, Edge et internet des objets, expérience immersive, cloud hybride, cybersécurité,

- partenariats avec les centres de recherche universitaires (informatique quantique, calculateurs exaflopiques, intelligence artificielle, HPC, leadership multiculturel...) et   avec d'autres acteurs (AWS, Dell, Google, Microsoft, SAP, Worldline…) ;

- 2 communautés scientifiques d'experts collaborateurs du groupe ;

- Stratégie environnementale au service de la transition écologique supportée par la Digital Transformation Factory, l’Hybrid Cloud, les solutions « Business Accelerators », la « Connected Intelligence » et la « Digital Workplace » et visant à répondre à 3 enjeux majeurs :

- neutralité de l’intensité carbone obtenue dès 2028

- ventes de solutions de décarbonation « IT for Green »,

- usage de solutions numériques éco-efficaces « Green IT », tels les supercalculateurs à hydrogène ou technologies quantiques ;

- Vers une amélioration de la marge opérationnelle en Allemagne ;

- Visibilité de l'activité avec un carnet de commandes égal à 2,1 ans de chiffre d'affaires et un ratio de prises de commandes égal au chiffre d’affaires au 1 er semestre.

=/ Défis /=;

- Rejet, lors de l’AG, des comptes consolidés 2020 en raison des interrogations sur les comptes de 2 entités américaines (11 % du chiffre d’affaires) ;

- Identification des actionnaires de l’américain Finsur Corp qui détient, depuis mai, + 5 % du capital ;

- Impact de la pandémie : recul de 1 % des revenus à fin juin et perte nette de 129 M€, du fait du coût de la migration accélérée vers le cloud et des provisions sur les filiales américaines ;

- Objectifs 2021, révisés en baisse : stabilité des revenus, taux de marge opérationnelle autour de 6 % et flux de trésorerie disponible positif ;

- Dividende 2020 de 0,90 €.

Informatique / SSII : opportunités du télétravail

Opportunités du télétravail avec de meilleures perspectives

Après les ingénieurs « offshore » employés en Inde ou en Europe de l'Est pour les missions à faible valeur ajoutée, ce sont désormais les fonctions les plus spécialisées qui sont concernées. Capgemini estime que le développement du travail à distance lui permettra de générer des économies de coûts supplémentaires et de mobiliser ses collaborateurs plus efficacement sur le plan international. Le groupe, dont l’organisation devrait reposer sur 40 à 50 % de télétravail, évalue le gain potentiel à moyen terme de 1 à 1,5 point sur le taux de marge (11,9% ). Sopra-Steria et Atos se penchent également sur ce mode d’organisation . Les acteurs sont néanmoins conscients des limites car le télétravail ne conviendra pas à tous les salariés.

Valeurs associées

Euronext Paris +5.70%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.