Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Athènes ne peut pas recevoir les 1,2 milliard liés aux banques

Reuters 25/03/2015 à 19:01

LA GRÈCE NE RÉCUPÈRERA PAS LES 1,2 MILLIARD D'EUROS LIÉS AUX BANQUES

par Jan Strupczewski et George Georgiopoulos

BRUXELLES/ATHÈNES (Reuters) - La Grèce a échoué mercredi dans sa tentative d'obtenir rapidement des liquidités en demandant la restitution de 1,2 milliard d'euros liés à un mécanisme de recapitalisation bancaire, afin de parer à un risque de faillite le mois prochain.

Cet échec accroît la pression sur Athènes qui doit présenter d'ici lundi un programme de réformes structurelles convaincant.

Des responsables de la zone euro ont jugé que la Grèce ne pouvait pas légalement prétendre à la restitution de cette somme que réclame le gouvernement anti-austérité du Premier ministre Alexis Tsipras.

La Grèce estime qu'elle a "surpayé" de 1,2 milliard d'euros le retour le mois dernier vers le Fonds européen de stabilité financière (FESF) d'obligations destinées à l'origine à la recapitalisation de son secteur bancaire.

La décision a été prise après des discussions entre des responsables du groupe de travail Eurogroupe, qui prépare les réunions des ministres de Finances de la zone euro.

"Il y a eu un accord sur le fait qu'il n'y a pas eu de paiement excédentaire du FHSF (Fonds hellénique de stabilité financière) au FESF. Le groupe de travail verra comment avancer sur la question en temps voulu", a dit un porte-parole du FESF.

Une source proche du dossier, avait indiqué mardi à Reuters qu'Athènes serait à court de liquidités le 20 avril, à défaut d'une nouvelle ligne de crédit.

L'Allemagne, où Alexis Tsipras a effectué une visite officielle lundi après des semaines de passes d'armes entre Athènes et Berlin, fait partie des pays opposés à la restitution de cette somme de 1,2 milliard d'euros.

"Nous ne voyons aucune raison de débloquer cette somme", a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Finances Martin Jäger, lors d'une conférence de presse, ajoutant que le financement du FESF avait été mis à la disposition de la Grèce l'an dernier comme garantie lors des tests de résistance mais n'avait finalement pas été utilisé.

Martin Jäger a ajouté que l'Eurogroupe avait décidé le mois dernier, à l'occasion de la prolongation de l'accord du plan de sauvetage, de re-transférer cet argent au FESF où il pourra à nouveau être employé à la recapitalisation des banques grecques si besoin.

LISTE DE REFORMES

La Grèce a promis de présenter une liste de réformes à l'Eurogroupe d'ici lundi, mais il n'est pas certain que cette liste intègrera des mesures initialement adoptées par le précédent gouvernement comme les privatisations et la réforme des retraites.

Des responsables de la zone euro estiment qu'il sera difficile pour Athènes d'atteindre ses objectifs budgétaires sans cessions d'actifs publics, sans passer par un rallongement de l'âge de départ à la retraite et sans fusionner les caisses de retraite.

Mais le parti radical de la gauche Syriza est farouchement opposé à ces réformes et des ministres ont déjà mis interrompu plusieurs privatisations en cours.

La Grèce espère également obtenir 1,9 milliard d'euros prélevés sur les bénéfices réalisés par la Banque centrale européenne (BCE) sur ses achats passés d'emprunts d'État grecs mais la zone euro fait dépendre cela de l'approbation des réformes par les bailleurs de fonds internationaux composant la "troïka", soit le Fonds monétaire international, la BCE et la Commission européenne.

La BCE a sinon relevé ce lundi à un peu plus de 71 milliards d'euros, contre 69,8 milliards jusqu'à présent, le plafond de la fourniture de liquidité d'urgence (ELA) mise à la disposition des banques grecques par la banque centrale nationale, a-t-on appris mercredi de source bancaire

Le président de la Commission Jean-Claude Juncker a déclaré au Parlement européen qu'il avait été "très pessimiste" concernant la Grèce au cours des dernières semaines mais qu'il croyait désormais que le processus de sauvetage était de nouveau sur la bonne voie.

(Juliette Rouillon et Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.