Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

AST Groupe maintient le cap après sa croissance semestrielles solide
information fournie par AOF21/09/2021 à 15:47

(AOF) - AST Groupe perd 0,86% à 6,90 euros malgré la publication ce matin de résultats semestriels solides, globalement en ligne avec les anticipations des analystes. La soaicté de construction de maisons individuelles est elle aussi soumise à la pression qui pèse sur le BTP et de nombreux secteurs à cause de la chute annoncée du promoteur chinois Evergrande. AST a pourtant réalisé au premier semestre 2021 un bénéfice net de 1,67 million d'euros, en hausse de 40% sur un an.

Le résultat opérationnel progresse pour sa part de 29% (+76% sur deux ans), et l'EBITDA s'établit à 4,6 millions d'euros. Ce dernier affiche ainsi une croissance de 14% sur un an (+40% sur deux ans) et ce, en dépit de la hausse des matières premières (bois, acier, aluminium…) constatée depuis le début de l'année, de l'augmentation des charges de personnel liée à la forte croissance des ventes, ainsi qu'à l'absence d'aides gouvernementales sur le semestre.

Ces résultats ont été portés par un chiffre d'affaires semestriel de 90,3 millions d'euros, affichant ainsi une croissance de 12% par rapport à la même période l'an passé. 

Fort d'un mix d'activités solide, le constructeur de maisons individuelles a réaffirmé son ambition CAP 300 d'atteindre les 300 millions d'euros de chiffre d'affaires pour une rentabilité opérationnelle supérieure à 8% d'ici 2025.

"Au final, considérant toujours que les perspectives de très forte accélération de la croissance bénéficiaire du groupe sur les prochaines années sont faiblement valorisées, nous maintenons notre opinion Achat sur le titre avec un objectif de cours légèrement ajusté à 9,7 euros (contre 9,5 euros)", écrit LCM dans une note d'analyse.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les multiples défis de l’immobilier tertiaire

Les préoccupations sanitaires, environnementales et l’essor du télétravail sont autant de challenges à relever par le secteur. L'immobilier tertiaire (75% de bureaux, 15 à 20% de commerces) compte plus de 1 milliard de mètres carrés et produit un tiers des gaz à effets de serre. Le dispositif Eco-énergie tertiaire impose aux acteurs, dans les bâtiments de plus de 1.000 m2, une réduction progressive de leurs consommations énergétiques : de 40% d'ici à 2030, 50% en 2040 pour arriver à une neutralité carbone en 2050. Or le secteur n’a affiché qu’une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 4% entre 1990 et 2015. Les investisseurs et les utilisateurs recherchent désormais de plus en plus des bâtiments performants sur le plan énergétique.

Favorisée par le télétravail, la flexibilité des immeubles est également un enjeu important car les espaces tertiaires doivent intégrer la notion de mobilité. 

Valeurs associées

Euronext Paris -0.68%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.