Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Assurance-vie : un engouement risqué pour les assusseurs

Le Point28/05/2015 à 15:22

L'assurance vie est le placement préféré des Français.

L?assurance-vie a le vent en poupe. Avec un livret de développement durable et un livret A à 1 %, les épargnants se tournent encore davantage vers ce placement. En avril, l?assurance-vie a récolté 2,3 milliards d?euros de plus, selon les chiffres publiés par l?Association française de l?assurance. Depuis le début de l?année, la collecte nette atteint ainsi 8,8 milliards, un chiffre qui laisse augurer un très bon cru 2015. Si ce mouvement continue à ce rythme, les assureurs pourraient récolter plus de 25 milliards d?euros sur l?année contre 21 milliards en 2014.

Mais cet engouement ne va pas sans risque pour les assureurs. Le gouverneur de la Banque de France, également président de l?ACPR, leur autorité de supervision, ne cesse de les appeler à la prudence sur les taux proposés aux clients. « J'attends cette année une baisse significative du taux de rémunération des contrats », avait expliqué Christian Noyer en octobre dernier, devant la commission des Finances du Sénat.

Gains à court terme, pertes à long terme ?

Et il continue à prôner la prudence. Car la chute des taux d?intérêt sur les marchés fait peser, à terme, une menace sur les assureurs. Beaucoup de leurs contrats sont en effet des contrats dits « en euros », largement investis dans des dettes d?État et d'entreprises, qui rapportent de moins en moins avec la chute des taux d?intérêt, alors que le capital de l'assuré est...

Lire la suite sur Le Point.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    28 mai18:01

    En conclusion : Vivement le krach obligataire...qu'on retrouve des achats à 70%......mais pour les AV ce sera la faillite pure et simple au mieux des rendements négatifs.

    Signaler un abus

  • frk987
    28 mai17:58

    Suite : voyez DADA40 , je suis à la trace le marché obligataire, car je n'ai plus la moindre confiance dans les actions surévaluées et si vous voulez des obligs correctes (hors OAT d'un Etat en faillite) faut compter du 0,7% de rendement HORS impôts...autant dire que ça ne vaut même plus les frais de transactions.

    Signaler un abus

  • frk987
    28 mai17:54

    Pas si longtemps vous dites DADA40 , combien ...2 ou 3 ans...ce que vous arrivez à trouver sur le marché primaire en étant un super client c'est des obligs de banques à 3%, ne parlons même pas du marché secondaire, car là c'est du moins de 1%. Bien sûr vous allez me vanter des junks bunds à 10% mais pour le remboursement ce sera une autre affaire;

    Signaler un abus

  • DADA40
    28 mai16:08

    En fait, la différence entre actions et obligations n'est pas aussi importante qu'on veut nous le faire croire. On peut jouer sur les taux. J'ai acheté, il n'y a pas si longtemps du 4,7% à 70% de la valeur soit presque du 7% hors plus-value. Il faut savoir gérer son patrimoine en intégrant le long terme.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.