Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Arnaud Montebourg crée un champion public des mines

Reuters21/02/2014 à 18:02

LA FRANCE CRÉE UNE COMPAGNIE NATIONALE DES MINES

par Yann Le Guernigou

MONTMORENCY, Val-d'Oise (Reuters) - Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a lancé officiellement vendredi une Compagnie nationale des mines pour permettre à la France de sécuriser ses approvisionnements en matières premières, notamment pour les "terres rares".

Ardent avocat du patriotisme économique et de l'Etat stratège en la matière, il a déclaré qu'il entendait ainsi "réengager la France dans la bataille mondiale, qui est aujourd'hui menée par les Etats, pour accéder aux ressources naturelles."

Le ministre avait choisi symboliquement le cadre de la carrière de gypse de Montmorency (Val-d'Oise), le plus grand gisement de France pour ce matériau utilisé dans la fabrication du plâtre et du ciment, pour lancer ce projet.

Le site est exploité par Saint-Gobain, dont l'ancien PDG, Jean-Louis Beffa, archétype du patron "colbertiste", est très écouté au ministère du Redressement productif.

La Compagnie nationale des mines de France s'appuiera sur le savoir faire du BRGM (Bureau des recherches géologiques et minières) et les moyens financiers de l'Agence des participations de l'Etat, qui seront ses deux actionnaires. Elle devrait être dotée initialement d'une enveloppe de 200 à 400 millions d'euros sur une période de cinq à sept ans.

Un de ses premiers dossiers sera l'or de la Guyane, qu'Arnaud Montebourg ne veut pas laisser aux orpailleurs clandestins venus du Brésil voisin.

La réponse à la présence de ces derniers ne saurait être qu'en termes de maintien de l'ordre, a dit le ministre, qui a indiqué que des négociations allaient s'engager avec les collectivités locales du département d'Outre-mer "pour avoir une stratégie d'exploitation de notre or."

AFRIQUE ET ASIE CENTRALE

Il a fait état en outre d'un intérêt de nombreux gouvernements, en Afrique et en Asie centrale, deux régions où le BRGM est déjà présent, pour le savoir-faire français en matière d'exploration minière.

La nouvelle compagnie nationale se présentera comme une holding, qui disposera de filiales dans chaque pays où elle opérera pour être à même d'y nouer des alliances avec des intérêts publics.

Arnaud Montebourg y voit un "moyen original de permettre aux populations d'exercer un contrôle sur la ressource minière et aux Etats d'assurer leur souveraineté sur des ressources de plus en plus rares qu'il ne faut pas laisser toujours entre les mains dangereuses de multinationales qui n'en feraient qu'à leur guise."

Pour la France, l'enjeu est tout autant de sécuriser les importations pour ses grandes industries de transformation que sont la sidérurgie et l'aluminium que d'assurer ses approvisionnements en métaux et terres rares nécessaires aux industries de pointe (téléphonie, micro-processeurs, énergies renouvelables.)

Interrogé sur la possibilité de partenariats avec le secteur privé, Arnaud Montebourg a répondu que tout était envisageable mais "au cas par cas" et que la puissance publique devait être majoritaire.

"Nous souhaitons être maîtres de nos ressources, c'est une politique d'indépendance et de souveraineté de la Nation. Si certains veulent monter dans l'avion que nous pilotons, il n'y a pas de problème."

Edité par Yves Clarisse

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.