Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Argentine : "Le risque de faillite est réel"
Le Point19/06/2014 à 16:50

La justice américaine a tranché : l'Argentine devra payer 1,33 milliard de dollars (980 millions d'euros) à deux fonds d'investissement américains. En 2005 et 2010, l'Argentine avait scellé un accord avec la quasi-totalité (93 %) de ses créanciers privés, qui avaient accepté une décote de près de 70 % de leurs titres, mais les fonds d'investissement NML Capital et Aurelius Management n'ont jamais consenti à ce rabais et ont réclamé l'intégralité de leur mise. La Cour suprême américaine leur a donné gain de cause lundi. La présidente argentine Cristina Kirchner ne désarme pas pour autant face à des fonds qu'elle qualifie de "vautours". Avant même l'annonce de la justice américaine, Cristina Kirchner avait averti : "Cette condamnation fait courir au pays un risque sérieux et imminent de défaut de paiement". Quant au ministre argentin de l'Économie, Axel Kicillof, il se dit prêt à se battre : "Nous allons envoyer nos avocats pour parler avec le juge", a-t-il déclaré. Menace de banqueroute "Le risque de faillite est réel, confirme Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Cette décision remet en cause l'accord avec les autres créanciers qui avaient accepté la restructuration de la dette argentine." Le ministère de l'Économie argentin a ainsi estimé que, si ces autres créanciers se manifestaient, ils pourraient exiger entre 15 et 20 milliards de dollars, alors que les...

Lire la suite sur Le Point.fr

15 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3155433
    20 juin09:48

    toujours pareil avec les politiciens de métier qui ne gérent pas leur pays ,mais leur carriere et les affaires politico financieres.Il faut des CDD et pas des CDI. La France connait bien ça , aussi ,avec un gros déficit et une affaire révélée tous les mois. Les USA n'en sont pas responsables !! meme si les memes ressortent le couplet habituel.PS: JP Morgan banque a payé 12milliards et une autres va le faire pour fraude.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer