1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Argentine-Fernandez prête serment, la gauche péroniste reprend les commandes
Reuters10/12/2019 à 23:02

    BUENOS AIRES, 10 décembre (Reuters) - Alberto Fernandez a
prêté serment mardi comme nouveau président de la République
argentine, un événement qui marque le retour de la gauche
péroniste aux commandes de la troisième économie d'Amérique
latine, minée par la récession et l'endettement. 
    Agé de 60 ans, Alberto Fernandez a nettement battu le
président sortant, le libéral Mauricio Macri, lors de l'élection
présidentielle du 27 octobre dernier.  
   Dans un discours d'une heure prononcé devant le Congrès, le
nouveau chef de l'Etat a dépeint une économie argentine et une
"fabrique sociale" dans un état "d'extrême fragilité". 
    "Le gouvernement qui vient d'achever son mandat a laissé ce
pays en quasi-défaut de paiement", a déclaré Fernandez, dont la
vice-présidente sera l'ancienne présidente Cristina Fernandez de
Kirchner (2007-2015). 
    Soucieux de cultiver une image d'homme proche du peuple, le
nouveau président argentin est arrivé à la cérémonie de
prestation de serment au volant de sa voiture, une Toyota
argentée, saluant la foule alignée le long de la route. 
    Après la politique d'austérité imposée par Mauricio Macri,
le nouveau gouvernement a promis de relancer l'économie par la
dépense, alors que le taux d'inflation dépasse 50%, que le taux
de pauvreté approche 40% et que le pays est engagé dans de
difficiles négociations pour restructurer sa dette de 100
milliards de dollars. 
    "Aucune dette ne peut être remboursée sans croissance", a
souligné Alberto Fernandez. 
    La cérémonie a été boycottée par le président d'extrême
droite brésilien Jair Bolsonaro, qui a déjà eu publiquement
maille à partir avec le nouveau chef de l'Etat argentin.

 (Nicolás Misculin et Cassandra Garrison, version française
Jean-Stéphane Brosse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer