Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Areva se donne du temps pour fixer son plan, selon les syndicats

Reuters27/02/2015 à 15:53

SELON LES SYNDICATS, AREVA SE DONNE DU TEMPS POUR PRÉCISER SON PROGRAMME DE REDRESSEMENT

par Emmanuel Jarry et Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Areva devrait annoncer le 4 mars sa volonté de céder des actifs et de faire un milliard d'euros d'économies sur trois ans mais sans entrer dans les détails ni répondre à la question de ses besoins en capitaux, selon des sources syndicales.

Le plan de redressement du groupe nucléaire français, dont l'Etat est actionnaire à 87%, ne sera bouclé définitivement que dans plusieurs mois et donc pas pour la présentation de ses résultats annuels mercredi, disent-elles.

Le président d'Areva, Philippe Varin, "a déjà averti un peu tout le monde qu'il ne fallait pas attendre de scoop", a dit à Reuters un représentant des salariés.

"Ce qui est sûr, c'est que notre direction générale dit, attention, le 4 mars c'est une étape. Les vraies décisions seront lancées d'ici fin juin", confirme un autre syndicaliste.

Seuls les grands principes seront évoqués mercredi mais "pas les détails pratiques", précisent d'autres sources syndicales.

"Ils vont par exemple dire qu'ils veulent faire des cessions mais pas préciser quelles seront les entités concernées."

Toujours selon ces sources, le directeur général d'Areva, Philippe Knoche, a fait état mercredi devant des représentants du personnel de capitaux propres "proches de zéro", ajoutant cependant que cela n'entraînait pas l'obligation d'une recapitalisation immédiate.

L'Etat prendra ses responsabilités mais une augmentation de capital n'est pas la priorité, avait déclaré mardi à Reuters le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

Des experts mandatés par les syndicats n'en estiment pas moins que le besoin de recapitalisation du groupe est de 2 à 2,5 milliards d'euros, précisent certaines de ces sources.

Philippe Knoche a également fait état d'une révision à la baisse des perspectives de commandes de réacteurs EPR -une douzaine au lieu de 25 à l'horizon 2030.

Selon plusieurs sources syndicales, Areva veut réduire de 15% sa masse salariale, ce qui représenterait un montant d'environ 300 millions d'euros, dans le cadre d'un nouveau plan d'économies d'un milliard d'euros sur trois ans, dont l'impact social devrait leur être présenté en avril.

LES RENOUVELABLES SACRIFIÉES?

La direction a annoncé le 23 février que les pertes d'Areva pour 2014, dépréciations d'actifs et provisions comprises, se chiffraient à 4,9 milliards d'euros et qu'une "feuille de route stratégique et financière" était en préparation.

Selon des sources syndicales, les pertes d'exploitation ne représenteraient qu'environ 1,2 milliard d'euros sur ce total.

La direction d'Areva et l'Etat étudient la cession éventuelle de filiales: l'activité logistique TNI, la branche démantèlement et assainissement des installations nucléaires STMI et le spécialiste de la mesure de la radioactivité Canberra, voire des mines, indiquent ces sources.

Les syndicats objectent que la cession de telles activités, qui font partie du coeur de métier d'Areva, porterait atteinte à sa substance sans régler la situation financière du groupe.

Ils confirment par ailleurs que la direction d'Areva veut "sortir" des énergies renouvelables, dont l'éolien.

La perspective d'un rapprochement capitalistique ou d'une fusion Areva-EDF n'est en revanche pas à l'ordre du jour, ajoutent les syndicats. Mais l'Etat veut améliorer la coopération entre ces deux fleurons de l'industrie française, souvent à couteaux tirés.

"On ne va pas fusionner avec EDF mais il va y avoir des décisions de l'Etat sur le fait que nos deux entreprises doivent être partenaires de manière officielle", explique un dirigeant syndical au fait des discussions en cours.

Cela passera-t-il par un apport de capital d'EDF à Areva? "Ça c'est la grande inconnue. Là, on ne nous dit rien", dit-il.

Contactés, Areva et l'Agence des participations de l'Etat se sont refusés à tout commentaire sur ces informations.

(Edité par Yves Clarisse)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.