Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

ArcelorMittal soutenu par des résultats plus solides que prévu
information fournie par AOF05/05/2022 à 11:28

(AOF) - ArcelorMittal gagne 4% à 28,01 euros après la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Sur les trois premiers mois de l'exercice, le premier sidérurgiste mondial a réalisé un Ebitda de 5,08 milliards d'euros, en hausse de 57%. Par rapport au quatrième trimestre 2021, la progression est limitée à 0,6%. Les analystes tablaient sur 4,57 milliards. Le chiffre d'affaires est ressorti à 21,836 milliards, en progression de 35% (+5% sur un trimestre). Dans son communiqué, le groupe a reconnu avoir profité de conditions de marché très fortes.

Pour autant, il prévoit désormais un léger repli de la demande d'acier cette année. Néanmoins, ArcelorMittal reste optimiste sur le long terme en raison des efforts de la Chine sur la décarbonisation et la suppression des réductions de TVA sur les exportations d'acier. Le groupe salue également les mesures prises par les gouvernements pour se protéger contre les menaces de commerce déloyal.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Aciériste 1 er mondial par la taille de son portefeuille, des mines de fer aux usines de transformation né de la fusion en 2007 du français Arcelor et de l’indien Mittal Steel ;

- Chiffre d’affaires de 53,3 Mds ;

- Activité répartie en 5 segments, les aciers plats pour 62 %, les aciers longs pour 19 %, les tubes pour 2 % et les mines et autres produits ;

- Modèle d’affaires capitalisant sur les 4 forces du groupe : une structure décentralisée, une gestion active du portefeuille, la solidité financière et l’intégration de la chaîne de valeur minière (des approvisionnements aux produits finaux);

- Capital contrôlé à hauteur de 37,41% par la famille Mittal, Aditya Mittal, fils du fondateur prenant la direction du groupe, Lakshmi Mittal conservant la présidence du conseil de 9 membres ;

- Situation financière solide avec une dette nette ramenée 3,9 Mds$ de dette nette à fin septembre 2021, le plus bas niveau depuis la fusion.

Enjeux

- Stratégie de croissance focalisée sur les marchés émergents –projets au Mexique, Brésil et Liberia- assortie de réduction structurelle des coûts, de 1 Md$ d’ici la fin 2022 ;

- Stratégie d’innovation appuyée sur 12 centres de R&D et 245 M$ de financements: axée sur 6 objectifs, le maintien de la compétitivité, une offre d’aciers de niches (hors transports), la capitalisation de la plateforme Steligence ou S-in Motion pour le marché automobile, la standardisation des process industriels, le déploiement de la digitalisation via les plateformes Arthur et Dahiell et la croissance externe dans l’économie digitale / au service de la protection de l’environnement : expertise dans l’analyse du cycle des produits ou LCA, réduction des émissions de carbone par les sites industriels (electrolyse froide, partenariats –Institut Bauen und Umwell, SOVAMAT, CIRAIG…) / initiative SI ouverte aux chercheurs sur le développement durable ;

- Stratégie environnementale volontariste menée au plus haut par le comité ARGGS : réduction de 25 % des émissions carbone -35 % en Europe- d’ici 2030, via 10 Mds€ d’investissements, et neutralité totale en Europe en 2050 via le programme Xcarb d’offre d’acier vert, nouvelles initiatives sur les sites canadiens pour 2 Mds$Can d’investissements, déploiement du standard « Responsible Steel » sur les sites industriels et miniers ;

- Avancées des projets industriels en Inde, au Liberia et au Brésil.

L’eldorado des fonds marins

L'un des dix objectifs du plan France 2030 présenté par le gouvernement français comprend l'exploration des grands fonds marins. La France est la deuxième puissance maritime mondiale et l'un des vingt-deux pays bénéficiant d'un contrat d'exploration des fonds marins internationaux. Un nombre limité d’acteurs, dont la Chine, produit des ressources minières. En exploitant les fonds marins, les Etats cherchent à bénéficier de réserves stratégiques. Toutefois des limites existent à cette exploration. D’abord les opérations sont compliquées et coûteuses, ce qui pose la question de leur rentabilité. Ensuite, il est impossible d'exploiter ces richesses sans endommager les écosystèmes en eaux profondes.

Valeurs associées

Tradegate -3.07%
Euronext Amsterdam 0.00%
LSE -100.00%
XETRA -3.51%
Swiss EBS Stocks 0.00%
LSE Intl +0.55%
OTCBB -2.18%
Sibe -3.63%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.