1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Après Berlin, May se rend à Paris pour appuyer sa demande de report du Brexit
Reuters09/04/2019 à 14:43

    * Les Vingt-Sept répondront mercredi à la demande de report
formulée par la dirigeante britannique
    * L'UE est prête à accorder un délai au Royaume-Uni, dit
Barnier
    * Après Merkel à Berlin, la dirigeante britannique va voir
Macron
à Paris
    * Les discussions entre Downing Street et l'opposition
travailliste n'avancent pas

    par Thomas Escritt et Paul Carrel
    BERLIN, 9 avril (Reuters) - A la veille d'un nouveau sommet
européen extraordinaire consacré au Brexit, Theresa May s'est
entretenue mardi à la mi-journée à Berlin avec Angela Merkel
pour tenter d'obtenir le soutien de la première puissance
économique européenne à sa demande de report de la sortie du
Royaume-Uni de l'Union européenne.
    La Première ministre britannique enchaînera en fin
d'après-midi par une rencontre à l'Elysée avec Emmanuel Macron.
Les deux dirigeants doivent se voir vers 18h00 (16h00 GMT).
    May a formellement demandé la semaine dernière que la date
du divorce soit repoussée au 30 juin, le temps pour elle de
tenter de s'entendre avec le Parti travailliste (opposition) et
faire enfin adopter l'Accord de retrait négocié avec les
Européens, écartant ainsi le risque d'un "no deal", une sortie
sans accord que redoutent les milieux économiques.
    Sa demande devrait être acceptée par les Vingt-Sept. A
Luxembourg, où il participait à une réunion des ministres
européens des Affaires européennes, Michel Barnier, le
négociateur en chef de l'UE, a indiqué en effet que le bloc
communautaire était prêt à accorder un délai à Londres.
    Mais il a précisé que la durée d'un second report au-delà de
la date du vendredi 12 avril dépendrait de la justification que
présentera Theresa May à ses pairs.
    "La durée d'une prolongation (...) doit correspondre au but
d'une telle prolongation", a-t-il dit lors d'une conférence de
presse.
    "Notre objectif, c'est un retrait ordonné. Le 'no deal' ne
sera jamais la décision de l'UE. Afin d'éviter un 'no deal', le
Royaume-Uni doit accepter un 'deal'," a-t-il insisté.
    
    UNION DOUANIÈRE
    C'est précisément l'objet des discussions que Theresa May a
fini par ouvrir mercredi dernier avec le Parti travailliste de
Jeremy Corbyn, première force de l'opposition parlementaire.
    La Première ministre conservatrice a dû se résoudre à ce
changement de stratégie alors que l'hostilité d'une partie des 
parlementaires de son propre Parti conservateur et des dix élus
nord-irlandais du Parti unioniste démocratique (DUP),
indispensables à sa majorité parlementaire depuis le fiasco des
législatives anticipées de juin 2017, a condamné à l'échec ses
trois tentatives de ratification par la Chambre des communes de
l'Accord de retrait négocié avec les Européens. 
    Mais les discussions avec le Labour, qui prône le maintien
du pays dans une forme d'union douanière avec l'UE ainsi qu'un
référendum de confirmation de l'accord de divorce, s'avèrent
particulièrement ardues.
    Et John McDonnell, un des principaux cadres travaillistes,
responsable des Finances au sein du "cabinet fantôme" du Labour,
ne donne guère de prise à un optimisme débridé. 
    Prié de dire mardi à la mi-journée si le gouvernement avait
montré la moindre volonté de bouger sur cette question de
l'union douanière, il a répondu: "Pas encore, même pas dans les
éléments de langage que je détecte, mais nous verrons ce qui
sortira cet après-midi."
    Vu de Bruxelles et des capitales européennes, l'Accord de
retrait, entériné par les Vingt-Sept en novembre dernier, est
gravé dans le marbre et il n'est pas question de le rouvrir.
    En revanche, la Déclaration politique qui l'accompagne est
susceptible d'être amendée. Ce texte d'une trentaine de pages
fixe le cadre des négociations à venir sur les futures relations
commerciales entre le Royaume-Uni et l'UE.
    Une union douanière à la norvégienne réglerait le lancinant
problème de la frontière irlandaise, sur laquelle s'est nouée
l'intransigeance des élus du DUP et des Brexiters les plus
ardents du Parti conservateur.
    Mais cette solution irait à l'encontre de la volonté
martelée par May de rendre au Royaume-Uni la capacité de
négocier ses propres accords commerciaux avec des pays tiers.
C'est une des "lignes rouges" qu'elle s'est fixées.
    Un des autres soucis des Européens, en cas de report long,
est d'éviter que le Royaume-Uni, qui serait encore membre de
plein droit du "club" continental, n'interfère dans les
orientations politiques et stratégiques à long terme de l'UE. 
    A commencer par la composition de la future Commission
européenne qui prendra ses fonctions après les élections du
Parlement européen du mois prochain, puis les réflexions autour
du cadre budgétaire pluriannuel qui doit couvrir la période
2021-2027.
    Si le sommet extraordinaire mercredi à Bruxelles se termine
par un rejet de la demande de report de May, le Royaume-Uni
quittera l'UE vendredi à 22h00 GMT.
    
    VOIR AUSSI
    LE POINT sur le Brexit  
    LA CHRONOLOGIE des négociations du Brexit  

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
LE POINT sur le Brexit     
LA CHRONOLOGIE des négociations du Brexit     
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (avec Guy Faulconbridge, Kylie MacLellan, William James,
Elizabeth Piper et Costas Pitas à Londres et Gabriela Baczynska
à Luxembourg
Danielle Rouquié et Henri-Pierre André pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5571.71 -0.76%
1.12274 -0.01%
63.62 -1.21%
22.825 -1.19%
2.376 -6.93%

Les Risques en Bourse

Fermer