Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Après 40 ans, L'Oréal et Nestlé desserrent leur liens

Reuters 11/02/2014 à 19:26

L'ORÉAL RACHÈTE 8% DE SON CAPITAL À NESTLÉ

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - L'Oréal et Nestlé ont desserré mardi les liens qui les unissaient depuis 40 ans, avec une sortie partielle du groupe suisse qui renforce le pouvoir de la famille fondatrice sur le géant des cosmétiques.

Après des années de spéculations sur les intentions de Nestlé et des appels du pied répétés de L'Oréal visant à accroître son contrôle familial, le groupe français a annoncé mardi matin le rachat de 8% de son capital auprès de Nestlé, pour un montant total de 6,5 milliards d'euros.

Ce rachat fera descendre Nestlé de 29,4% à 23,3% du capital, laissant encore libre cours aux interrogations sur l'avenir de sa participation.

A l'inverse, il fera monter la famille Bettencourt de 30,6% à 33,31%, juste au-dessous du seuil de déclenchement obligatoire d'une OPA (relevé à 33,33% pour un actionnaire de long terme).

Le propriétaire de Lancôme, Armani ou Garnier obtient ainsi un contrôle accru de la famille fondatrice, qui franchira cependant - sauf dérogation - le seuil de déclenchement d'OPA en cas d'autre rachat d'actions d'envergure.

Nestlé aura désormais deux administrateurs au lieu de trois au conseil du groupe français.

La pression se trouve aussi allégée sur L'Oréal à l'approche de la fin du droit de préemption, le 29 avril, entre Nestlé et la famille Bettencourt, donnant le droit au suisse de vendre à qui bon lui semble.

Nestlé, lui, acquiert 100% de Galderma, la coentreprise de cosmétique médicale qu'il détenait à 50-50 avec L'Oréal et à partir de laquelle il entend lancer une nouvelle division dédiée à la santé de la peau, baptisée "Skin Health".

Son président Peter Brabeck a assuré que la participation du groupe dans L'Oréal était "financière et stratégique".

"Elle reste substantielle et de long terme. Il ne s'agit absolument pas d'un signe de désengagement", a-t-il déclaré à la presse, tandis que le PDG de L'Oréal Jean-Paul Agon assurait que Nestlé avait toujours été "un actionnaire loyal, qui continuera d'apporter son soutien actif à L'Oréal".

"DANS L'AVENIR, NOUS VERRONS"

Pourtant, interrogé par Reuters sur la question de savoir si une nouvelle sortie de Nestlé n'était donc pas envisageable à moyen terme, Peter Brabeck a répondu : "Dans l'avenir, nous verrons."

Le pacte d'actionnaires entre la famille Bettencourt et Nestlé - qui empêche toute prise de contrôle de L'Oréal du vivant de Liliane Bettencourt et dans un délai de six mois après sa disparition - demeure quant à lui inchangé.

Cette opération semble pourtant, aux dires de nombreux professionnels du marché, être l'amorce d'un désengagement de Nestlé. "Pour moi, cela ne fait pas de doute. Le mouvement est lancé et c'est ce qui fait reculer le titre L'Oréal", note un gérant d'actif sous couvert d'anonymat.

Cette opinion est partagée par les analystes de Merrill Lynch, tandis que d'autres, chez Nomura ou Natixis, soulignent que les ambiguïtés sur les intentions de Nestlé ne sont pas levées. "L'incertitude demeure sur les intentions de long terme de Nestlé", commente David Hayes, chez Nomura.

En Bourse, le titre L'Oréal, qui a pris jusqu'à 4% dans les premiers échanges, s'est rapidement retourné à la baisse et a clôturé en baisse de 3,26% à 124,80 euros dans des volumes très étoffés (près de six fois les volumes quotidiens habituels sur le titre ces trois derniers mois). La veille, il avait grimpé de 4,45% sur des anticipations de rachats d'actions liés à une sortie de Nestlé.

"L'amplitude de variation de L'Oréal ce matin équivaut aux six milliards de l'opération", note, amusé, un trader parisien.

Nestlé a lâché quant à lui 0,81% à 67 francs suisses.

"Les anticipations sur Nestlé vont se modifier. L'avenir de sa part dans L'Oréal semble scellé, avec une réduction progressive sur le moyen terme et des investisseurs récupérant du cash en retour", note Andreas von Arx (Helvea).

Nestlé a fait savoir que les 3,4 milliards en cash qu'il recevrait de L'Oréal seraient "rendus aux actionnaires" sous forme de rachats d'actions, un montant inférieur à ce qu'anticipait le marché.

CRÉATION DE VALEUR

Par ailleurs, l'acquisition de Galderma se fera sur la base d'un multiple jugé élevé de 26 fois l'Ebitda et ne comprendra pas la marque Inneov, qui demeure gérée en coentreprise entre les deux groupes.

"La création de valeur de l'acquisition de Galderma, pour une entreprise qui a crû de 3,9% en 2013, n'est pas claire, et l'effet relutif des rachats d'actions est limité", note David Hayes, chez Nomura.

Le rachat de la part de Nestlé sera financé par la cession des 50% de L'Oréal dans Galderma (pour 3,1 milliards d'euros de valeur d'entreprise) et en numéraire à hauteur 3,4 milliards d'euros.

Les actions rachetées par L'Oréal seront annulées, ayant pour effet de doper le bénéfice par action de 5% en année pleine (+3% en 2014).

Jean-Paul Agon a précisé qu'il y aurait une pause dans les rachats d'actions, réglementairement limités à 10% du capital sur 18 mois. "On va en rester là pour le moment", a-t-il dit.

L'Oréal, qui financera l'opération par émission de billets de trésorerie, conserve donc sa participation de près de 9% dans Sanofi. Le titre du groupe pharmaceutique était pratiquement inchangé en clôture (+0,07% à 72,04 euros), des intervenants évoquant une possible déception sur l'absence de cession de titres Sanofi.

L'endettement net de L'Oréal sera d'environ 700 millions d'euros, soit 0,2 fois son Ebitda, après l'opération qui devrait être bouclée avant la fin du premier semestre 2014.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

CGG
2.306 -1.20%
453.1 +0.02%
26.9 +0.75%
92.91 -0.85%
49.345 -1.04%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.