Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Alten : Invest Securities plus pessimiste sur la valorisation
information fournie par AOF27/06/2022 à 09:57

(AOF) - Invest Securities a confirmé sa recommandation Neutre et réduit son objectif de cours de 132 euros à 112 euros sur Alten. « Quand bien même la société affiche un statut de best-in class, le secteur de l’ingénierie et du conseil en technologiques est l’un des plus cycliques de l’univers de la Tech, dans la mesure où les clients considèrent leurs prestations comme une variable d’ajustements de leur base de coûts », rappelle le bureau d’études.

Et ce dernier de prévenir, si le deuxième trimestre " a toutes les chances d'être excellent, le retournement lié à la dégradation du cycle macro pourrait être brutal, surtout qu'il n'est pas anticipé dans nos attentes et celles du consensus ".

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Leader européen du conseil en technologies créé en 1988, intervenant dans l’ingénierie et R&D externalisées et les systèmes d’information et réseaux internes ;

- Chiffre d’affaires de 2,3 Mds€ réparti entre la France pour 35 % et l’international, bien dont l’Amérique du nord pour 13 %, l’Allemagne pour 9 %, l’Espagne pour 7 %, l’Italie pour 7 %... ;

- Portefeuille de clients équilibré entre les BFA, services et secteur public pour 24 %, l’énergie et les sciences de la vie pour 20 %, l’automobile pour 16 %, l’aéronautique et spatial pour 12 % ;

- Modèle d’affaire positionné sur l’ingénierie (75 % des revenus dans les systèmes & produits, le déploiement de réseaux et l’ingénierie de production) et les services IT aux entreprises (conseil & PMT, cybersécurité, infrastructures cloud) visant pour le moyen terme 75 % des revenus à l’international ;

- Capital ouvert, le fondateur Simon Azoulay, président-directeur général du conseil d’administration de 9 membres, étant minoritaire avec 14,83 % des actions et 24,25 % des droits de vote ;

- Situation financière très saine, avec des capitaux propres à 58 % du bilan et une trésorerie élevée de plus de 220 M€.

Enjeux

- Stratégie de développement par déploiement de structures transverses, diversification sectorielles et acquisitions à l’international ;

- Stratégie d’innovation conçue comme vecteur de croissance avec 2 forces -la maîtrise des métiers des clients combinée à la capacité d’expertise multisectorielle : efforts de R&D concentrés sur 9 programmes et 100 projets, répartition de la R&D : 36 % dans les systèmes intelligents et connectés, 23 % dans le digital, 22 % dans la sécurité, 19 % dans l’innovation durable ;

- Stratégie environnementale qui sera affinée dans 2 ans et se décline en 3 axes : réduction des émissions de CO2 -énergies renouvelables, économies d’énergie dans les data centers et innovation durable, économie circulaire -tri et recyclage des déchets, préservation de la biodiversité, sensibilisation des collaborateurs, contribution aux stratégies RSE des clients ;

- Poursuite des acquisitions (3 au 1er trimestre).

Défis

- Indicatifs clés du secteur liés aux salaires (essentiel des charges d’exploitation) : évolution des effectifs, temps de mission des consultants et taux de facturation (supérieur à 90 %) ;

- Recrutements massifs en 2022 (42 000, pour atteindre les 50 000 en 2024) :

- Spéculations récurrentes sur la cession de la position de 9,2 % dans Ausy ;

- Réduction des différences de marge opérationnelle entre pays, la France, l’Espagne et l'Allemagne étant les plus rentables ;

- Anticipations 2022 : poursuite d’une croissance externe ciblée et « croissance organique satisfaisante » ;

- Dividende 2021 de 1,3 € et 0,65 € par action de préférence.

La guerre des talents a été encore renforcée par l’annonce de Facebook, qui compte réaliser 10.000 embauches d’ici cinq ans en Europe. Le manque de ressources humaines ne se limite ni à la France, ni à l’Europe : il est mondial. Ainsi 1,2 million d'ingénieurs informatiques devraient manquer en 2026 aux Etats-Unis. En France, selon Numeum, fédération du secteur du numérique, il manque environ 10.000 ingénieurs informatiques sur un total de 600.000 personnes employées par les éditeurs de logiciels et les entreprises de services numériques (SSII). Si le phénomène n’est pas nouveau, il s’intensifie. Il est renforcé à la fois par les embauches de certaines sociétés, à la recherche de développeurs pour internaliser leurs projets numériques essentiels, et par les fortes ambitions de certaines start-up.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.89%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 27/06/2022 à 09:57:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.