Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Alstom déraille en raison d'une lourd avertissement sur son cash-flow libre
information fournie par AOF 05/10/2023 à 09:56

(AOF) - Affichant la plus forte chute du CAC 40 ce jeudi, Alstom dégringole de 36,35% à 13,66 euros en Bourse au lendemain de la nette révision à la baisse de son objectif annuel de cash-flow libre. Son cash-flow libre est négatif de 1,15 milliards d’euros au premier semestre, clos fin septembre, contre un flux de trésorerie négatif à 45 millions d’euros lors du premier semestre de l’exercice précédent. Pour l'exercice 2023/2024, le spécialiste des transports ferroviaires vise désormais un cash-flow libre compris entre - 500 et - 750 millions d'euros.

Il était précédemment anticipé comme devant être " significativement positif ".

Celui-ci sera positif au second semestre grâce à l'inversion de certains facteurs négatifs du premier semestre explique Alstom.

A ce propos, le groupe a détaillé les facteurs qui ont impacté son cash-flow libre sur ce premier semestre et qui explique cette forte variation par rapport à la même période de l'exercice précédent.

Elle s'explique par la forte croissance du carnet de commandes d'Alstom (dépassant dorénavant 87 milliards d'euros et représentant environ la moitié de cette variation) au cours des deux derniers exercices fiscaux qui s'est traduite par une forte accélération de la montée en cadence de la production, dépassant ainsi 10% par an en croissance moyenne des volumes pour son activité Matériel Roulant.

Combiné à des conditions de chaîne d'approvisionnement plus contraignantes, ceci résulte en une forte augmentation des stocks et des actifs sur contrat, constitués pour éviter toute rupture des chaînes de production ainsi que des délais de livraison pendant ce premier semestre, en particulier dans les régions Amériques et Europe.

" Des améliorations sont attendues sur le second semestre 2023/24, et ces facteurs négatifs seront totalement résorbés dans les années à venir ", explique Alstom.

En outre, le retard pris par la finalisation du programme Aventra au Royaume-Uni a impacté le cash-flow libre du premier semestre, et cela ne sera que partiellement compensé au second semestre car la finalisation du programme est dorénavant attendue au début de l'exercice fiscal 2024/25.

La baisse du niveau d'avances reçues au cours du premier semestre, comparé à la même période de l'exercice précédent, est un des autres facteurs de la diminution de son cash-flow libre.

Alstom prévoit que les avances reçues au second semestre de l'exercice fiscal 2023/24 soient plus élevées que lors de la même période de l'exercice précèdent, grâce à un solide niveau de prises de commandes.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Leader mondial du transport ferroviaire, des tramways et métros aux TGV, renforcé par l’acquisition, en 2021, de Bombardier Transport ;

- Activités de 15,5 Mds€ à fin d’exercice 2021-2022 réalisées à 62 % en Europe, 17 % dans les Amérique, 14 % en Asie-Pacifique et 7 % dans le reste du monde ;

- Offre couvrant tous les métiers de la construction ferroviaire : matériels roulants pour 56% des ventes, signalisation pour 15 %, systèmes pour 7 % et services (maintenance, contrôle à distance des véhicules, réseaux, passagers…) pour 22 % ;

- Modèle d’affaires fondé sur :

- la complémentarité des zones géographiques entre Alstom -France, Italie, Espagne, Inde, Asie du Sud-Est, Afrique du Nord et Brésil- et Bombardier Transport -Royaume-Uni, Allemagne, Scandinavie, Chine et Amérique du Nord,

- la création de valeur allant de la conception et réalisation d’un système ferroviaire à la maintenance ;

- Capital ouvert, détenu à 17,48 % par la Caisse de dépôt et placement du Québec, Henri Poupart-Lafarge, directeur général, présidant le conseil d’administration de 13 membres;

- Bilan solide : 9 Mds€ de capitaux propres et 4,6 Mds€ de liquidités face à 2,3 Mds$ de dette nette.

Enjeux

- Stratégie de croissance Alstom in Motion 2024/25 aux objectifs confirmés :

- hausse annuelle de + 5 % des revenus, marge opérationnelle de 8 à 10 % et investissements industriels à 2 % des revenus,

- conversion à 80 % du résultat en autofinancement libre t,

- distribution aux actionnaires entre 25 et 35 % ;

- Stratégie d’innovation soutenue par une R&D de 3,4 % et 9 400 brevets avec 3 axes :

- gamme complète de traction verte, propriété d’une technologie de piles à combustibles et, bientôt, flottes de transports entièrement connectés,

- écosystèmes d’innovation : partenariats industriels (Engie, DeutscheBann…), avec les start-ups via le fond Aster, avec les fournisseurs via le programme Alliance, participation à 30 programmes européens, dont Shift2Rail, et, en interne, intreprenariat avec I move you,

- déploiement de la suite digitale sur 100 % du groupe ;

- Stratégie environnementale de décarbonation de l’activité :

- intégrée dans la stratégie d’innovation -écoconception des principales solutions dès 2025, et visant au renforcement du capital naturel – usage d’électricité renouvelable, revalorisation des déchets, recyclage,

- visant pour 2025 (vs 2019) une réduction de 10 % de l’intensité énergétique et de 25 % des émissions de CO2 ;

- écocircularité : déchets valorisés à 98 %,

- lancement de la 1ère facilité de garantie verte ;

- Maîtrise de la rotation du portefeuille -cessions contraintes par le rapprochement avec Bombardier et renforcement de participations, notamment dans Cylus, au Kazakhstan et en Afrique du sud ;

- Bonne visibilité, avec des prises de commandes de 15,2 Mds à fin décembre, dont 55 % en Europe, soit plus d’1 an de revenus.

Défis

- Après la perte accusée en 2021-22 du fait des provisions liées à l’acquisition de Bombardier Transport, exécution des synergies du rapprochement avec Bombardier -200 M€ en 2022/23, 400 M€ par an en 2024/25 et 475-500 M€ ensuite- mais impact positif sur le bénéfice 2023 ;

- Incertitudes sur l’issue de l’enquête sur l’accident ferroviaire dee février en Gréce ;

- Impacts négatifs de l’inflation sur la marge 2022/23 mais maîtrise presque totale des approvisionnements en composants ;

- Après une hausse de 8 % des revenus sur les 9 premiers mois de l’exercice, perspectives 2022-23 confirmées d’une marge d’exploitation de 5,1 à 5,3 % et d’un autofinancement libre entre 100 et 300 M€.

En savoir plus sur le secteur Biens d'équipement

Plan d'investissement dans le ferroviaire

L'industrie ferroviaire française se situe à la seconde place en Europe et à la troisième place sur le plan mondial. Cette industrie affiche une balance commerciale excédentaire, qui génère plus de 100.000 emplois en France. L'annonce du plan d'avenir pour les transports ferroviaires français prévoit notamment la régénération et la modernisation du réseau, dont l'âge moyen est de 30 ans sur notre territoire. Cet âge est bien supérieur à celui de pays comme l'Allemagne (17 ans) et la Suisse, (15 ans). Un investissement annuel passant de 2,8 milliards d'euros, à près de 4 milliards d'euros doit permettre de maintenir en bon état tout le réseau.

Valeurs associées

17,74 EUR Euronext Paris +0,65%

3 commentaires

  • 05 octobre 12:16

    clovis90: voilà un bon analyste, rien à rajouter sauf, bienvenu dans le club Atos, Air France et j'en passe.


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.