1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Alstom : Besancenot prône «la reprise par l'Etat»
Le Parisien01/05/2014 à 15:14

Alstom : Besancenot prône «la reprise par l'Etat»

Alors qu'Astom a préféré l'offre de l'américain General Electric pour le rachat de son importante branche énergie tout en laissant la porte entrouverte jusqu'à la fin mai à d'autres propositions éventuelles dont celle de l'allemand Siemens, les réactions sont nombreuses en ce 1er mai même si Jeffrey Immelt, le pdg de General Electric affirme arriver «avec l'esprit d'un investisseur de long terme.»

Olivier Besencenot, tête de liste NPA aux européennes : «choisir entre la peste et le cholera». Choisir entre GE et Siemens c'est «choisir entre la peste et le cholera», affirme-t-il sur RFI en ajoutant: «Il y a une troisième solution, c'est la reprise publique, une piste non explorée, ou seulement de façon temporaire.» Selon lui, «En France, on peut reprendre une entreprise avec l'argent public mais uniquement pour la renflouer et après on la redonne au privé», lance-t-il alors qu'il se dit favorable «pour un service public de l'énergie des transports européens.»

Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT  : «L'Etat doit rentrer dans le capital» C'est ce qu'estime Thierry Lepaon sur RMC-BFM-TV. «Oui, je pense que l'Etat, dans cette période troublée, doit rentrer dans le capital. L'Etat c'est ce qui assure la stabilité.» Et d'ajouter: «le fait est qu'un actionnaire décide de s'en aller, ça met une entreprise industrielle en péril. Le danger c'est que l'actionnaire arrive, touche des dividendes, s'en aille et mette l'industrie en péril». Patrick Kron, le PDG d'Alstom, «la main sur le c?ur nous fait des promesses comme quoi l'emploi ne sera pas affecté en France. Qui peut le croire ?» «La question, c'est est-ce que la France va disposer de moyens ?». «Je suis contraint de constater que le gouvernement, comme les européens mènent une politique d'austérité. Face à ces difficultés, les actionnaires eux s'accaparent la partie du gâteau des richesses créées».

Laurent Berger, secrétaire de la CFDT ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

34 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M6702460
    02 mai14:32

    A gglafont,PSDI et Joye; Chevènement, De Gaulle, Pompidou, qui ont fait bcp pour l'industrie Fse, n'étaient ni communistes ni FN. Pensons par nous-mêmes et non par parti interposé et surtout, informons nous. Vous avez une guerre de retard; on a vu ce que ça coûtait. Il s'agit des Français, de l'un des rares fleurons restants... Chacun chemine dans sa pensée. Bonne route.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer