1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Allemagne-Un obstacle en moins sur la voie de la coalition

Reuters08/10/2017 à 21:26
    * Accord entre la CDU et la CSU sur un quota de migrants 
    * L'Allemagne accepterait 200.000 réfugiés selon l'accord 
    * Merkel vise une coalition avec les libéraux et les Verts 
 
 (Actualisé avec accord trouvé sur les réfugiés) 
    par Andreas Rinke et Madeline Chambers 
    BERLIN, 8 octobre (Reuters) - L'Union chrétienne-démocrate 
(CDU) de la chancelière allemande Angela Merkel et son allié 
bavarois, l'Union chrétienne-sociale (CSU), ont trouvé un 
compromis dimanche sur le migrants, a-t-on appris dans les rangs 
conservateurs, préalable à la formation d'un gouvernement de 
coalition avec d'autres partis politiques. 
    L'accord de compromis, selon lequel l'Allemagne accepterait 
200.000 personnes pour des raisons humanitaires, est intervenu 
dimanche soir après sept heures de discussions entre les 
dirigeants des deux formations conservatrices alliées. 
    Angela Merkel a remporté les élections législatives du 24 
septembre mais elle entame son quatrième mandat affaiblie par la 
nette baisse du bloc CDU-CSU et la percée du parti d'extrême 
droite AfD (Alternative pour l'Allemagne). Pour gouverner, elle 
envisage de constituer une alliance entre son bloc conservateur, 
les libéraux du Parti libéral-démocrate (FDP) et les écologistes 
(Les Verts). 
    Cette coalition "Jamaïque" - les couleurs distinctives des 
trois partis, le noir pour la CDU-CSU, le jaune pour le FDP et 
le vert pour les écologistes, forment le drapeau jamaïcain -  
est expérimentée dans le land du Schleswig-Holstein depuis les 
élections régionales du mois de mai mais n'a jamais été tentée 
au niveau fédéral. 
    Or, ces trois partis ont des vues divergentes sur un grand 
nombre de sujets, de la fiscalité à l'énergie, en passant par 
l'Europe. 
     
    PAS DE "PLAFOND" 
    Mais il fallait d'abord qu'Angela Merkel trouve un accord 
sur la question des flux migratoires avec son allié de la CSU, 
avec qui la CDU gouverne depuis des années mais qui est beaucoup 
plus conservatrice. La Bavière représente 15% de la population 
allemande.  
    La CSU reproche à Angela Merkel d'avoir ouvert les 
frontières de l'Allemagne aux réfugiés en 2015, lesquels sont 
arrivés pour l'essentiel par la Bavière. Depuis, la CSU, qui 
redoute de perdre de nombreuses voix au profit de l'AfD lors des 
élections en Bavière de 2018, s'est fait le porte-parole de la 
limitation du nombre de migrants. Le parti bavarois insistait 
pour limiter le nombre d'étrangers arrivant en Allemagne à 
200.000 par an.  
    Angela Merkel avait jusqu'ici exclu de fixer un plafond, 
arguant que la Constitution allemande garantit à quiconque le 
droit de demander l'asile en cas de persécution politique. 
    Selon le compromis trouvé dimanche, l'Allemagne accueillera 
environ 200.000 réfugiés par an pour des raisons humanitaires, 
et notamment les familles des étrangers déjà présents en 
Allemagne. Toutefois, le mot de "plafond" n'est pas prononcé et 
les personnes à la frontière ne seront pas renvoyées. 
    Cet objectif chiffré semble réalisable. Le nombre de 
personnes entrées en Allemagne est tombé de 890.000 en 2015 à 
environ 280.000 l'an dernier. Ce nombre devrait à nouveau être 
en baisse pour l'année 2017. 
    En outre, les deux partis alliés ont prévu de faire voter 
une loi qui donnerait la priorité aux migrants ayant des 
formations correspondant à des postes non pourvus en Allemagne. 
Le FDP et les Verts sont d'accord avec cette philosophie. 
    L'enjeu est d'autant plus important que le chef de la CSU 
Horst Seehofer joue sa survie politique. Son parti est tombé à 
6,2% des voix au niveau national contre 7,4% en 2013. 
 
 (Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

9.302 -0.36%
CGG
1.15 -2.79%
1.13075 0.00%
14.54 -0.38%
60.3 -2.28%

Les Risques en Bourse

Fermer