Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Allemagne-Un dirigeant CSU doute d'une coalition cette année

Reuters10/10/2017 à 17:25
    BERLIN, 10 octobre (Reuters) - Le chef du groupe de l'Union 
chrétienne-sociale (CSU) au Bundestag, Alexander Dobrindt, doute 
qu'une coalition gouvernementale puisse voir le jour avant l'an 
prochain en Allemagne, en raison des profondes divergences entre 
les trois formations qui ont décidé d'ouvrir des négociations.  
    La chancelière Angela Merkel envisage la constitution d'une 
coalition "Jamaïque" (aux couleurs du drapeau jamaïcain: noir 
pour la CDU-CSU, jaune pour le FDP, vert pour les Grünen) qui 
n'a encore jamais été testée au niveau fédéral.   
    L'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel a conclu 
dimanche avec la CSU, son alliée bavaroise, un accord limitant à 
200.000 par an le nombre de réfugiés qui peuvent être accueillis 
sur le territoire allemand, ce qui lève un obstacle important 
dans les négociations.   
    Mais pour Alexander Dobrindt, les discussions entre CDU-CSU, 
FDP et Verts s'annoncent très difficiles. 
    "Nous savons tous que ce qui nous divise dépasse largement 
ce qui nous rapproche et on peut se demander si un accord de 
coalition est possible cette année", a-t-il dit à Reuters. "On 
peut concevoir que nous ne pourrons pas aboutir en décembre et 
que les discussions finales, s'il y en a, ne pourront avoir lieu 
que l'an prochain." 
    Une coalition "Jamaïque" avait été formée en octobre 2009 
dans le Land de Sarre, dans l'ouest du pays, mais avait éclaté 
en 2012. Une alliance similaire dirige le Schleswig-Holstein, 
dans le nord de l'Allemagne, depuis les élections régionales de 
mai dernier. 
    Au niveau national, les trois blocs qui vont s'engager dans 
des négociations sont en désaccord sur plusieurs dossiers, comme 
l'immigration, la réforme de l'Union européenne, la politique 
fiscale et l'environnement. 
    En conséquence, un accord le plus détaillé possible est 
nécessaire. 
    "Nous devons vraiment entrer dans les détails, bien plus que 
lors de l'accord de 'grande coalition'" qui réunissait la CDU et 
les sociaux-démocrates du SPD au sein du précédent gouvernement, 
a souligné le dirigeant conservateur. 
    "Les divergences entre les différents partis sont profondes, 
il faut donc que l'accord soit le plus fouillé possible", a-t-il 
poursuivi. 
    Ainsi, l'accord entre CDU et CSU sur le plafonnement du 
nombre de réfugiés accueillis en Allemagne chaque année se 
heurte à l'opposition des Grünen et suscite des réserves chez 
les libéraux du FDP. 
    Mais pour Alexander Dobrindt, "les règles édictées dans 
notre document sur l'immigration (...) doivent se retrouver dans 
tout accord de coalition". 
    L'intransigeance de la CSU, des Verts et du FDP sur cette 
question migratoire montre à quel point les discussions 
s'annoncent difficiles. 
 
 (Andreas Rinke et Paul Carrel; Guy Kerivel pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.