Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Allemagne-Nette accélération de la croissance attendue au T1

Reuters10/05/2016 à 10:13
    * La production industrielle recule en mars, les exports en 
hausse 
    * Doublement attendu du rythme de croissance au T1 
    * Performances moins bonnes dans les trimestres à 
venir-économiste 
 
    par Michael Nienaber 
    BERLIN, 10 mai (Reuters) - La production industrielle a 
baissé plus que prévu en Allemagne au mois de mars mais les 
exportations ont enregistré une hausse plus marquée qu'attendu, 
montrent des données publiées mardi  qui viennent ponctuer un 
premier trimestre dans l'ensemble solide pour la principale 
économie de la zone euro. 
    Les commandes à l'industrie pour la même période ont 
enregistré un rebond plus important qu'anticipé grâce à une 
demande vigoureuse de l'étranger, notamment hors de la zone 
euro, suggérant que l'économie allemande se maintiendra sur sa 
lancée au deuxième trimestre. 
    La production industrielle a reculé de 1,3%, sa plus forte 
baisse depuis août 2014, après une baisse révisée à 0,7% en 
février, a annoncé le ministère de l'Economie. Les économistes 
interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un repli limité à 
0,2% en mars. 
    Sur l'ensemble du premier trimestre, la production a 
augmenté toutefois de 1,8%. 
    "Tout cela signifie qu'au delà de la déception d'aujourd'hui 
sur la production industrielle, tout semble en place pour une 
performance décente de l'économie allemande en termes de 
croissance au premier trimestre", a dit Carsten Brzeski, 
économiste chez ING.  
    Destatis, l'Office fédéral des statistiques, publiera 
vendredi une première estimation de la croissance du produit 
intérieur brut sur les trois premiers mois de l'année.  
    Les principaux instituts de conjoncture allemands ont dit 
que la croissance avait probablement été de l'ordre de 0,6% sur 
la période de janvier à mars, un rythme deux fois plus soutenu 
qu'au cours des trois mois précédents.  
    "Le secteur industriel a surmonté sa phase de faiblesse du 
deuxième semestre 2015 liée au commerce extérieur", a déclaré le 
ministère de l'Economie dans un communiqué. "La tendance 
économique dans le secteur industriel est actuellement orientée 
à la hausse." 
     
    LES EXPORTATIONS EN NETTE HAUSSE  
    Destatis a publié de son côté les chiffres du commerce 
extérieur, également pour le mois de mars, faisant ressortir une 
hausse de 1,9% des exportations et un recul de 2,3% des 
importations, ce qui a permis à l'excédent commercial de 
progresser à 23,6 milliards d'euros contre 20,0 milliards 
(révisé) en février. 
    Les économistes prévoyaient en moyenne des exportations 
stables et un repli de 0,3% des importations. 
    Les exportations ont progressé de 0,7% en données non 
ajustées au premier trimestre par rapport à la même période un 
an auparavant, grâce à la demande soutenue de pays de l'Union 
européenne, hors zone euro. Les importations ont augmenté de 
0,3%. 
    "La forte augmentation des exportations montre que le 
ralentissement de l'économie mondiale ne peut pas avoir été 
aussi prononcé que certains avaient pu le craindre en début 
d'année", a relevé Carsten Brzeski.   
    Il a souligné que la France, sur les deux premiers mois de 
l'année au moins, était redevenue la principale destination des 
exportations allemandes, les Etats-Unis repassant en deuxième 
position. 
    En 2015, la croissance du PIB de l'Allemagne a atteint 1,7%, 
sa meilleure performance en quatre ans, soutenue par la 
consommation des ménages, les dépenses d'accueil des réfugiés et 
l'investissement en infrastructures.  
    Elle devrait se maintenir sur ce rythme cette année, en 
dépit des craintes d'un affaiblissement de la demande extérieure 
lié au ralentissement de l'économie chinoise et d'autres 
économies émergentes.  
    Andreas Scheürle, économiste chez Dekabank, s'attend à une 
croissance du PIB de 0,5% au premier trimestre mais "les 
résultats devraient être mois bons dans les trimestres à venir", 
prévient-il.   
     
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique 
Tison) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

19.5 -18.92%
59.95 +2.30%
5453.58 +0.74%
17.055 +2.99%
0.338 +4.81%
5.27 +1.74%
6.72 +0.93%
36.3 +2.69%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.