Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Allemagne/Indicateurs-Forte hausse mensuelle des ventes au détail

Reuters29/05/2015 à 08:32

BERLIN/FRANCFORT, 29 mai (Reuters) - Principaux indicateurs économiques allemands publiés depuis le début du mois: * HAUSSE MENSUELLE PLUS FORTE QUE PRÉVU DES VENTES AU DÉTAIL EN AVRIL 29 mai - Les ventes au détail ont augmenté de 1,7% en avril, soit bien plus que prévu, pour donner une croissance annuelle de 1,0%, laquelle est au contraire sensiblement inférieure au consensus, suivant les données publiées vendredi par l'Office fédéral de la statistique. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse mensuelle de 0,8% et annuelle de 2,5%. En mars, les ventes avaient diminué de 1,4% sur le mois et augmenté de 4,3% en données annuelles. Tableau: ID:nB4N0VU02F * AUGMENTATION DES PRIX À L'IMPORTATION CONFORME AUX ATTENTES EN AVRIL 28 mai - L'augmentation des prix à l'importation a ralenti en avril, à 0,6% contre une hausse de 1% le mois précédent alors que les analystes anticipaient une hausse de 0,5%, selon les données publiées jeudi par l'Office fédéral de la statistique. En variation annuelle, les prix à l'importation ont reculé de 0,6% le mois dernier, conformément au consensus Reuters, après avoir enregistré une baisse de 1,4% en mars. Tableau: ID:nB4N0VU02E * L'INDICE GFK TOUJOURS AU PLUS HAUT DEPUIS OCTOBRE 2001 27 mai - Le sentiment du consommateur s'est, contre toute attente, amélioré à l'approche du mois de juin en Allemagne, celui-ci se montrant de plus en plus disposé à faire des achats, montre une étude publiée mercredi par le cabinet GfK. L'indice GfK mesurant ce sentiment s'inscrit à 10,2 en juin contre 10,1 en mai, au plus haut depuis octobre 2001. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé 10,0. "La très forte demande des ménages en Allemagne et le bas niveau de l'inflation contribuent, une fois de plus, à l'amélioration des attentes économiques et de la disposition à acheter", observe Rolf Bürkl, chercheur de l'institut de Nuremberg. La consommation des ménages a remplacé les exportations comme principal moteur de croissance de la première économie européenne, le plus bas record du taux de chômage depuis la réunification du pays, des accords salariaux plutôt généreux et le niveau avantageux des taux d'intérêt incitant les consommateurs à délier davantage leurs bourses. Selon Rolf Bürkl, ces derniers ne semblent toujours pas préoccupés par le nouvel épisode de la crise grecque, tout en disant que les incertitudes quant au sort d'Athènes au sein de la zone euro mais aussi le conflit en Ukraine ou les violences au Moyen Orient étaient susceptibles de peser sur le sentiment. * LÉGÈRE DIMINUTION DE L'INDICE IFO EN MAI 22 mai - Le climat des affaires s'est contracté en mai, après six améliorations mensuelles consécutives, selon l'enquête mensuelle de l'institut Ifo, publiée vendredi. L'indice Ifo, calculé à partir des résultats d'une enquête menée auprès d'environ 7.000 entreprises, a atteint 108,5 en mai, après 108,6 en avril. Le consensus Reuters était à 108,3. Le sous-indice mesurant le sentiment sur la situation actuelle a en revanche progressé, à 114,3 contre 114,0 (révisé) le mois dernier, alors que le consensus était de 113,5. Celui sur les anticipations s'élève à 103,0, après 103,4 (révisé) en avril, alors que le consensus Reuters s'établissait à 103,1. * HAUSSE DU PIB CONFIRMÉE À 0,3% AU T1 22 mai - La croissance a bien ralenti à 0,3% au premier trimestre 2015, après +0,7% sur les trois derniers mois de 2014, le commerce extérieur, traditionnellement le point fort du pays, venant en partie annuler l'effet positif de la consommation des ménages. Confirmant vendredi une première estimation fournie il y a une dizaine de jours, l'Office fédéral de la statistique a également dit que, par rapport au premier trimestre 2014, la hausse du produit intérieur brut (PIB) avait été de 1,1% contre +1,6% au dernier trimestre 2014. La consommation des ménages a contribué à hauteur d'un demi-point de pourcentage à la hausse du PIB tandis que le commerce extérieur a ôté 0,2 point de pourcentage au chiffre total. Tableau : ID:nL5N0YC3W6 * HAUSSE DE 0,1% DES PRIX À LA PRODUCTION EN AVRIL 20 mai - Les prix à la production en Allemagne ont augmenté de 0,1% sur un mois en avril, soit le même rythme qu'en mars, et ont reculé de 1,5% sur un an, contre une baisse de 1,7% en mars. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de 0,2% sur un mois et un recul de 1,4% sur un an. * RECUL PLUS FORT QUE PRÉVU DU SENTIMENT DES INVESTISSEURS 19 mai - Le moral des investisseurs et analystes allemands a subi en mai une dégradation nettement plus marquée que prévu, la volatilité régnant sur les marchés augmentant l'incertitude sur les perspectives de la première économie européenne. L'indice calculé par l'institut ZEW, basé à Mannheim, a chuté à 41,9 contre 53,3 en avril, alors que le consensus Reuters s'établissait à 49,0. La composante des conditions actuelles a également enregistré un recul plus marqué qu'attendu, à 65,7 contre 70,2 en avril (consensus: 68,0). * TAUX D'INFLATION IPCH CONFIRMÉ À 0,3% EN AVRIL 13 mai - Le taux d'inflation, harmonisé aux normes européennes, est ressorti à 0,3% en avril comme annoncé en estimation préliminaire deux semaines plus tôt, a annoncé l'Office fédéral de la statistique. La variation de l'indice IPCH sur un mois a été confirmée de son côté à -0,1%. L'indice calculé aux normes allemandes est de son côté ressorti inchangé sur un mois et en hausse de 0,5% sur un an, après avoir été annoncé à respectivement -0,1% et +0,4% en première estimation. Hors énergie, les prix ont baissé de 1,0% sur un an, a ajouté l'Office de la statistique. Tableau ID:nB4N0VU01Z * CROISSANCE DE 0,3% AU T1, MOINS QUE PRÉVU 13 mai - Le produit intérieur brut (PIB) allemand a augmenté de 0,3% en janvier-mars, selon la première estimation publiée mercredi, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,5%. Au quatrième trimestre 2014, la hausse avait été de 0,7%. La consommation publique et privée et l'investissement, tant dans les équipements que dans la construction, ont contribué positivement de la croissance alors que le commerce extérieur a pesé du fait d'une hausse des importations supérieure à celle des exportations, a expliqué l'Office de la statistique. En données brutes, le PIB allemand a augmenté de 1,1% par rapport au premier trimestre 2014, manquant là encore le consensus qui était à 1,2%. Tableau ID:nB4N0VU01Y Développement ID:nL5N0Y410D * RECUL INATTENDU DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE 8 mai - La production industrielle s'est contractée de 0,5% en mars, selon les données publiées vendredi par l'Office fédéral de la statistique, alors que les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une progression de 0,4%. Après la publication de ce chiffre, le ministère de l'Economie a jugé que l'industrie allemande avait globalement connu un début d'année terne. Tableau ID:nB4N0VU01W Développement ID:nL5N0XZ1LE * NOUVELLE HAUSSE DES EXPORTATIONS 8 mai - Les exportations allemandes ont progressé en mars pour le deuxième mois consécutif, a annoncé vendredi l'Office fédéral de la statistique. Elles ont augmenté de 1,2% en données corrigées des variations saisonnières, à 98,9 milliards d'euros. Avec la hausse de 2,4% des importations, l'excédent commercial s'est établi à 19,3 milliards d'euros après 20 milliards (chiffre révisé) en février. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une hausse de 0,45% des exportations et à une stabilité des importations en mars. Tableau: ID:nB4N0VU01X * REBOND MOINS MARQUÉ QU'ATTENDU DES COMMANDES À L'INDUSTRIE 7 mai - Les commandes à l'industrie ont augmenté moins que prévu en mars, la faiblesse de la demande extérieure ayant quelque peu contre-balancé la vigueur de celle en provance de l'intérieur du pays, une donnée qui confirmé le début d'année poussif du secteur manufacturier de la première économie européenne. Ces commandes ont augmenté de 0,9% sur le mois, selon les données publiées jeudi par le ministère de l'Economie. Le consensus Reuters tablait sur une hausse de 1,5%. Le ministère estime que l'augmentation de la demande intérieure et le moral positif des entreprises reflète une tendance sous-jacente favorable. Le recul de 0,9% enregistré en février a été confirmé. Tableau: ID:nB4N0VU00F (Service économique)

 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.