Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Alitalia veut augmenter son capital, Air France s'y oppose

Reuters27/09/2013 à 01:29

AIR FRANCE-KLM CONTRE UNE AUGMENTATION DU CAPITAL D'ALITALIA

par Alberto Sisto

ROME (Reuters) - Alitalia, de nouveau déficitaire au premier semestre, a annoncé jeudi qu'elle solliciterait une augmentation de capital d'au moins 100 millions d'euros mais son principal actionnaire Air France-KLM n'y est pas favorable.

Selon une source au fait du dossier, le transporteur franco-néerlandais, actionnaire à hauteur de 25% de la compagnie italienne en difficulté, a voté contre l'augmentation de capital lors du conseil d'administration réuni dans la journée. A Paris, un porte-parole d'Air France-KLM s'est refusé à tout commentaire.

Alitalia, qui a été renflouée à maintes reprises par l'Etat italien jusqu'à sa privatisation en 2009, risque une nouvelle fois de se retrouver à court d'argent.

Sa perte nette sur les six premiers mois de l'année a atteint 294 millions d'euros, venant s'ajouter à un total de plus de 840 millions d'euros depuis la privatisation.

"Les actionnaires seront sollicités pour approuver une augmentation de capital d'au moins 100 millions d'euros", a déclaré le groupe sans préciser les modalités de l'opération.

Pour Andrea Giuricin, expert des transports à l'Université de Milan-Bicocca, Alitalia ne fait que "gagner du temps" sans résoudre ses problèmes de fond.

"Mais d'abord il lui faut trouver les fonds pour se recapitaliser", dit-il. Certains analystes estiment que la compagnie a besoin de 500 millions d'euros pour sortir de l'ornière.

Une nouvelle réunion du conseil d'administration est programmée jeudi prochain et une assemblée générale des actionnaires a été convoquée pour le 14 octobre.

Les actionnaires sont aussi invités à souscrire à la dernière tranche - 55 millions d'euros - d'un emprunt convertible de 150 millions d'euros annoncé début 2013 et à approuver un mandat pour obtenir un autre financement de 300 millions d'euros.

L'endettement de la compagnie s'élevait à 946 millions d'euros à la fin juin, alors que ses liquidités ne totalisaient que 128 millions.

RECENTRAGE

L'ambition d'Alitalia de devenir un grand d'Europe a été mise à mal par la concurrence des compagnies à bas coûts et des trains à grande vitesse, le tout sur fond de demande en baisse pour le transport aérien.

Le nouvel administrateur délégué, Gabriele Del Torchio, un spécialiste du redressement d'entreprises en difficulté, entend recentrer Alitalia sur le marché plus lucratif des long-courriers mais il lui faut des capitaux pour acheter des avions gros porteurs seuls capables d'assurer les liaisons intercontinentales.

La compagnie aérienne compte sur cette stratégie pour revenir à l'équilibre en 2015 et renouer avec les bénéfices l'année suivante.

L'Italie aimerait voir Air France-KLM renforcer sa participation dans Alitalia, voire prendre le contrôle de l'ex-compagnie nationale, mais ses ambitions de développement ne vont pas forcément dans le sens des intérêts de la compagnie franco-néerlandaise.

Avant l'annonce de l'augmentation de capital, un membre du conseil d'administration avait dit que des investisseurs basés en Chine, en Russie ou encore aux Emirats arabes unis avaient manifesté leur intérêt pour une entrée éventuelle au capital d'Alitalia.

Une source bancaire avait au contraire dit mercredi à Reuters qu'aucun investisseur n'était intéressé, faisant d'Air France-KLM la planche de salut pour la compagnie italienne. (voir )

Dans un entretien publié jeudi par Il Sole 24 Ore, le ministre de l'Industrie, Flavio Zanonato, a dit que les autorités italiennes travaillaient à un accord temporaire avec des banques qui permettrait donner un peu d'air à Alitalia afin qu'elle soit en meilleure position pour chercher un partenaire.

En déplacement à Paris, le ministre italien des Transports a fait savoir à son homologue français que Rome n'était pas hostile à un renforcement d'Air France-KLM au sein d'Alitalia, mais à condition que la nouvelle stratégie du groupe ne s'en trouve pas bridée, notamment son ambition de faire de Rome un grand "hub" européen au même titre que Paris et Amsterdam.

Avec les contributions d'Agnieszka Flak à Milan et de Matthias Blamont à Paris, Benoit Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français


Mes listes

valeur

dernier

var.

0.45 0.00%
5412.83 +0.39%
0.101 -76.90%
16.465 +0.34%
0.92 -4.91%
21.26 +0.09%
DAX
12540.5 -0.21%
24.76 -1.04%
1.398 +6.39%
1.278 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.