Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Al Qaïda revendique l'attaque meurtrière d'un hôtel proche de Bamako

Reuters20/06/2017 à 01:45
 (Actualisé avec nouveau bilan) 
    par Adama Diarra et Idrissa Sangare 
    DAKAR, 20 juin (Reuters) - La filiale malienne d'Al Qaïda a 
revendiqué lundi l'attaque, survenue dimanche, d'un lieu de 
villégiature prisé des expatriés occidentaux, situé juste en 
dehors de Bamako, qui a fait au moins cinq morts, dont deux 
binationaux français. 
    Des hommes armés ont pris d'assaut cet hôtel dans 
l'après-midi du dimanche, ouvrant le feu sur les clients de 
l'établissement et échangeant des tirs avec des forces maliennes 
et françaises déployées pour secourir les personnes prises au 
piège à l'intérieur des locaux. 
    L'organisation SITE, spécialisée dans la surveillance des 
groupes islamistes sur internet, a dit que l'attaque a été 
revendiquée par Nusrat al Islam wal Muslimin, la filiale 
malienne d'Al Qaïda. 
    Le communiqué du groupe dirigé par l'ancien émir d'Ansar 
Dine, Iyadh Ag Ghali, diffusé sur la messagerie cryptée 
Telegram, prévient les "Croisés" qu'ils ne seront jamais en 
sécurité au Mali, indique SITE. 
    Le ministère de la Sécurité malien a précisé lundi soir 
qu'il y avait quatre clients parmi les victimes - un 
franco-malien, une franco-gabonaise, un chinois et un soldat 
portugais membre de la mission de l'Union européenne - et un 
soldat malien. 
    Une soixantaine de clients, dont 13 Français, ont pu être 
secourus en deux temps, a précisé lundi lors d'une conférence de 
presse le ministre malien de la Sécurité, Salif Traoré. 
    Au micro de Radio France Internationale, il a ajouté que les 
autorités n'avaient plus aucun doute sur la nature terroriste de 
l'attaque contre "Le Campement Kangaba", un complexe touristique 
à l'est de la capitale malienne où des ressortissants étrangers 
ont l'habitude de passer le week-end. 
    Le ministère de la Sécurité a ajouté que les forces de 
l'ordre avaient tué quatre assaillants et qu'elles en avaient 
arrêté cinq autres. 
     
    CERTAINS COMPLICES DES ASSAILLANTS TOUJOURS EN FUITE 
    Plus tôt dans la journée, Salif Traoré a dit que certains 
des complices des assaillants étaient toujours en fuite, notant 
au passage que certains membres des forces de sécurité étaient 
soignés pour des blessures sérieuses. 
    Un témoin proche de l'hôtel a dit avoir vu des Occidentaux 
s'enfuir de l'hôtel "pendant que des policiers en civil 
échangeaient des tirs avec des assaillants qui semble t-il 
étaient à l'intérieur".  
    La France a lancé, sous la présidence de François Hollande, 
l'opération Serval en janvier 2013 pour contrer l'avancée de 
groupes armés touaregs et islamistes qui menaçaient de s'emparer 
de la capitale Bamako, opération qui a été remplacée en 2014 par 
l'opération Barkhane qui couvre cinq pays de la région. 
    Si l'intervention française a permis de chasser en grande 
partie les groupes armés, ces derniers ont multiplié ces 
derniers mois les attaques à l'engin explosif contre les forces 
locales et internationales, notamment dans le Nord. 
    Al Qaïda au Maghreb islamique et le groupe Al Mourabitoune 
ont aussi revendiqué la responsabilité de l'attaque d'un hôtel 
de Bamako, le Radisson Blu, qui a fait 20 morts en novembre 
2015, en plus des deux assaillants.  
    Aux militaires français du dispositif Barkhane, déployés 
dans tout le Sahel, s'ajoute la force de l'Onu au Mali, la 
Minusma, qui compte plus de 10.000 hommes. 
    Le groupe Nusrat al Islam wal Muslimin est le résultat d'un 
regroupement, intervenu plus tôt dans l'année, des plusieurs 
organisations terroristes de taille plus modeste. Il a ensuite 
été intégré à Al Qaïda au Maghreb islamique.     
 
 (Avec la contribution de Tim Cocks à Dakar; Jean-Stéphane 
Brosse, Benoît Van Overstraeten et Arthur Connan pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.225 -0.62%
110.3 +1.47%
0.46 -2.13%
0.58 -3.33%
SEB
147 +2.58%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.